06 février 2017

Serbie : des milliers de réfugiés oubliés aux portes de l’Europe

Près de 9 000 réfugiés et migrants sont bloqués en Serbie, du fait de la fermeture des frontières européennes. Leurs conditions de vie sont très dures, voire épouvantables pour ceux qui vivent en dehors des camps officiels. Nos équipes locales leur apportent une aide humanitaire mais il reste beaucoup à faire. CARE dénonce le manque de financements et de volonté politique des États européens.

La Serbie est devenue un cul-de-sac pour les réfugiés

Des milliers de personnes en quête de sécurité et de protection continuent de passer par les Balkans pour rejoindre l’Europe. Chaque jour, jusqu’à 200 personnes arrivent en Serbie. La plupart ont fui l'Afghanistan, le Pakistan, l'Irak, l'Iran et la Syrie.

Ils vivent dans des conditions dramatiques et font face à une totale incertitude quant à leur avenir, du fait de la fermeture des frontières européennes effective depuis le printemps 2016. La Croatie et la Roumanie ont totalement fermé leurs portes. La Hongrie ne laisse plus passer que dix personnes par jour, contre 150 personnes il y a encore quelques semaines. Le délai d’attente pour passer la frontière est désormais passé d'un à deux ans pour les hommes célibataires.

Des conditions de vie épouvantables dans le froid

Aujourd’hui, plus de 7 500 réfugiés et migrants sont bloqués en Serbie dans des camps officiels.

2 000 personnes vivent également dans la forêt près de la frontière hongroise, dans l’espoir de pouvoir poursuivre leur chemin. D’autres, en majorité des jeunes hommes qui craignent d’être déportés, vivent à Belgrade dans des entrepôts et bâtiments abandonnés. Ils dorment à même le sol et n’ont pas accès à des installations sanitaires.

Une épaisse fumée toxique envahit les bâtiments quand ils brûlent des traverses de chemin fer et des fauteuils pour se protéger du froid. Les températures ont chuté jusqu’à -15°C mi-janvier. 

Les ONG, dont CARE, assurent une aide vitale pour les réfugiés

CARE et d’autres ONG ont ouvert un centre d’accueil à proximité de ces squats. Les réfugiés peuvent y recharger leur portable, prendre une douche, avoir accès à une aide médicale. CARE y distribue également des vêtements chauds et des chaussures. De plus, les réfugiés peuvent y trouver des informations et participer à des sessions de soutien psychologique. 

CARE travaille dans les camps de réfugiés officiels

L'association humanitaire CARE apporte une aide d'urgence aux réfugiés et migrants en Serbie
©CARE / 2017

CARE est présent dans les camps de réfugiés mis en place par le gouvernement, comme, par exemple, dans celui d’Adasevci, situé à une dizaine de kilomètres de la frontière croate. 

1 700 personnes s’entassent depuis des mois dans cet ancien motel et sous cinq grandes tentes. La moitié a fui les violences en Afghanistan. Une centaine de Syriens, des Pakistanais, des Irakiens, des Iraniens, des Africains et des Cubains résident également dans ce camp. 

Les conditions de vie dans les camps officiels sont également très sommaires. À Adasevci, une centaine de réfugiés vivent sous une même tente. Des draps tombent des lits superposés pour créer un semblant d’intimité. Le linge propre est tendu entre les armatures des lits, en espérant qu’il sèche dans ces tentes peu chauffées.  

Une unité médicale est ouverte de 8 heures à minuit. Et CARE contribue à améliorer les conditions sanitaires du camp en construisant des toilettes et des douches. Nos équipes distribuent des kits d’hygiène.

CARE organise la distribution de trois repas par jour. Mais, dans ce camp surpeuplé, les réfugiés sont parfois obligés d’attendre jusqu’à deux heures avant de pouvoir manger. CARE dénonce des conditions non adaptées. 

CARE a déjà aidé 230 000 réfugiés dans les Balkans

L'association CARE aide les réfugiés dans les Balkans
©CARE / 2017

Depuis l'été 2015, CARE a aidé 230 000 réfugiés et migrants dans les Balkans. Nos équipes distribuent nourriture, produits d'hygiène et vêtements. CARE construit également des infrastructures sanitaires, dispense des cours de langues et assure un soutien psychologique aux réfugiés.

Nos équipes locales dénoncent une situation qui ne peut plus durer. CARE demande aux pays européens d’agir en urgence en garantissant des routes légales et sécurisées pour les réfugiés et en soutenant financièrement la réponse des ONG.