CARE aide les populations vulnérables à s’adapter aux effets du changement climatique. Découvrez les actions mises en place dans huit pays dans le cadre du projet « Where The Rain Falls ».

Phase 1 : une étude pour mieux comprendre les impacts du changement climatique

En 2011 et 2012, CARE France a mené une étude sur le lien entre la variabilité de la pluviométrie, la sécurité alimentaire et les déplacements de populations. 

Plus de 1500 familles dans huit pays (Bangladesh, Vietnam, Inde, Thaïlande, Ghana, Tanzanie, Pérou, Guatemala) ont participé à cette recherche, réalisée en partenariat avec l’Université des Nations unies sur l'Environnement et la Sécurité humaine et l’Université de Columbia. 

Cette étude a démontré que les populations les plus vulnérables sont prises au piège du changement climatique

Une grande majorité de ces familles subissent d’ores et déjà les impacts du changement climatique, notamment en termes de variabilité accrue des pluies (saison des pluies en retard ou plus courte). 

La migration est devenue une stratégie volontaire ou forcée pour faire face à cette situation qui entraîne de risques d’insécurité alimentaire :

  • Les familles, qui disposent de moyens de subsistance plus diversifiés et adaptés ainsi qu’un meilleur accès à l’éducation, utilisent la migration comme une réelle stratégie d'adaptation. 
  • Mais les plus vulnérables sont prises au piège du changement climatique : la migration est souvent utilisée en dernier ressort et contribue à l’érosion de leur capital. 

Phase 2 : des programmes pilotes d’adaptation à destination des populations vulnérables

En 2013 et 2014, CARE France a mis en place des projets d’adaptation dans les 47 villages qui avaient participé à l'étude en Inde, en Thaïlande, au Bangladesh, au Pérou et en Tanzanie. Nos équipes ont accompagné 56 500 personnes vulnérables à renforcer leur résilience face au changement climatique.

CARE est intervenue sur quatre axes :

  • Une gestion durable et équitable des ressources en eau : construction d’infrastructures de stockage et d’acheminement, gestion communautaire des ressources. 
  • Une agriculture résiliente, productive et respectueuse de l’environnement : formation à des techniques agro-écologiques ou réintroduction de semences traditionnelles plus résistantes. Grâce à des techniques durables, équitables et résilientes, les agriculteurs ont pu augmenter leurs rendements de 50% à 200%. 
  • L’autonomisation des femmes et l’équité de genre : renforcement de la capacité de leadership des femmes, création de groupes d’épargne et de crédit. Cette approche a conduit à une participation active des femmes dans la planification et les prises de décisions dans les communautés. 
  • Un renforcement des structures communautaires : formation juridique et technique de comités villageois, mise en relation avec les autorités locales.

Les résultats sont concrets : au Pérou, 78% des bénéficiaires estiment être moins vulnérables face aux impacts du changement climatique.

L'association CARE lutte contre les impacts du changement climatique
Au Pérou, 78% des bénéficiaires de nos projets estiment être moins vulnérables face aux impacts du changement climatique. © CARE

Un travail de plaidoyer pour renforcer nos actions sur le terrain

Les résultats de ces projets et les conclusions de l’étude ont été partagés lors des différentes sessions des négociations climat (Rio+20, COP18, 19, 20 et 21) afin de mettre en avant la nécessité de prendre en compte les migrations climatiques et de mieux comprendre les stratégies d’adaptation nécessaires pour faire face au changement climatique.

Phase 3 : extension de trois projets d’adaptation en Asie

En Tanzanie et au Pérou, nos équipes locales poursuivent de manière indépendante les actions mises en place dans le cadre du projet « Where The Rain Falls ». CARE France continue à superviser les projets en Inde, Thaïlande et au Bangladesh

En Inde

CARE appuie les communautés tribales Adivasi qui vivent dans l'Etat du Chhattisgarh. Des ateliers communautaires ont permis de mettre en œuvre des plans d'adaptation triennaux pour faire face aux contraintes climatiques et aux dégradations environnementales. 

Aujourd'hui, nos équipes soutiennent les structures communautaires mises en place ainsi que le développement d’innovations agricoles et hydrauliques. Ces dernières permettent de stocker l'eau de pluie, d’accroître la riziculture post-mousson et de diversifier les cultures dont certains rendements ont été doublés. 

L'association CARE aide les communautés les plus vulnérables à s'adapter au changement climatique
En Thaïlande, CARE soutient les ethnies minoritaires dans 21 villages montagneux du nord de la Thaïlande. © CARE

En Thaïlande

CARE soutient les ethnies minoritaires dans le nord de la Thaïlande. Nous soutenons le renforcement des capacités des communautés à analyser les risques climatiques et à mettre en place des plans d’adaptation. 

Les principales activités actuellement mises en place sont : la sécurisation des terres grâce à l’utilisation de techniques de cartographie, l’amélioration de la gestion de l’eau et le développement de techniques agro-écologiques résilientes.

Au Bangladesh

Avec l'appui de CARE, onze groupes d’agriculteurs ont été créés afin d'analyser les impacts climatiques et de trouver des solutions d’adaptation. 

Treize pratiques respectueuses de l'environnement ont été mises en place, telles que le semis du riz enfoui à sec, l’utilisation du compost organique ou encore l’utilisation de semences améliorées agro-écologiques. Les rendements de certaines productions ont doublé. La participation des femmes à ces activités et la mise en place d’atelier sur le genre ont permis aux femmes d’être reconnue. Quarante et une ont obtenu leur carte d’agricultrice.