Tchad

Tchad : appui aux ménages en déficit alimentaire et à risque de malnutrition aiguë dans les départements de Biltine, Mégri et Kobé, dans la région de Wadi Fira

Fiche projet

Début : mars 2016
Fin : février 2017
Localisation : Blitine, Megri et Kobé, dans la région du Wadi Fira
Budget : 2 100 000 €
Financé par : Aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO)
Bénéficiaires : 11 833 ménages : le projet cible spécifiquement les ménages très pauvres et pauvres, ayant des nourrissons et/ou des jeunes enfants âgés de 0 à 5 ans. Une attention particulière sera également portée aux ménages incluant une femme enceinte ou allaita

Le Tchad est classé 185e sur 188 pays, avec un indice de développement humain de 0,392 (Programme des Nations unies pour le développement, 2015). Plus de 64 % de la population vit avec moins de 1,25 US$ par jour et par personne. Les populations de la région sahélienne sont confrontées à une crise alimentaire chronique liée à l’extrême pauvreté et à une situation sécuritaire dégradée, notamment à cause des attaques répétées et des exactions du groupe Boko Haram.

Contexte :

La région du Wadi Fira dans la bande sahélienne est une région du Tchad particulièrement touchée par une insécurité alimentaire due à plusieurs facteurs :

  • une faible production agro-pastorale, liée à la mauvaise répartition spatiale et temporaire des pluies et le non-accès aux infrastructures hydro-agricoles de base pour la production en contre saison ;

  • un faible pouvoir d'achat de la population (7 personnes en moyenne par ménage, revenu moyen mensuel estimé à moins d'1€ par jour et par personne) ;

  • les effets des chocs climatiques et environnementaux récurrents sur la région ont impacté la production céréalière prévisionnelle 2015/2016 : en baisse de 12 % par rapport à l'année dernière, elle est aussi en baisse de 10 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années, ce qui provoque la hausse des prix sur les marchés locaux. Par conséquent, les prix sur les marchés locaux augmentent ; 

  • la fragilisation de l’environnement par la désertification, la déforestation, la croissance démographique accrue qui met une pression importante sur les ressources, notamment la terre et les services sociaux et économiques en place.

Les crises alimentaires cycliques dans la zone sahélienne du Tchad obligent les ménages les plus pauvres à adopter des stratégies de survie néfastes détruisant leurs moyens d'existence (vente des moyens de production, migration, destruction de la forêt, changement des habitudes alimentaires s’orientant vers des produits à faible pouvoir nutritif).

Les quatre départements de la région de Wadi Fira (Biltine, Mégri, Kobé et Dartama) seront tous en phase de « crise » cette année pendant la période de soudure (de mai à septembre). Plus de 250 000 personnes seront en situation de déficit de consommation alimentaire, une situation pouvant occasionner une perte totale des moyens de production des revenus. Plus de la moitié d’entre elles sera dans une situation de déficit considérable avec des taux de malnutrition supérieurs au seuil d'urgence.

Objectifs :

Objectif général : contribuer au renforcement de la résilience des ménages très pauvres et pauvres à risque de malnutrition pour faire face aux chocs futurs. 

Objectif spécifique : appuyer les ménages très pauvres et pauvres en déficit de survie et de protection de leurs moyens d'existence et à risque de malnutrition. Cette initiative couvrira leurs besoins alimentaires et non-alimentaires essentiels pendant la période de soudure 2016 afin d'améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Activités :

Améliorer de manière significative la sécurité alimentaire d’au moins 11 833 ménages très pauvres et pauvres affectés par le déficit de survie et de protection des moyens d’existence.

  • Ateliers de lancement du projet au niveau local : campagnes d'information auprès des autorités locales et de la population sur le projet.
  • Mise en place de comités d'identification et de gestion des plaintes.
  • Ciblage et établissement des listes de bénéficiaires.
  • Organisation de distributions d’argent : chaque distribution pendant la période de soudure sera couplée d'une distribution de compléments alimentaires pour les enfants de 6 à 23 mois.

Mettre en place un système de prévention et de prise en charge de la malnutrition aiguë globale en coordination avec les structures existantes de traitement de la malnutrition.

  • Identification des enfants de 6 mois à 5 ans, suivi de leur périmètre brachial (indice de masse corporelle) et distribution de compléments nutritionnels et de farine enrichie.
  • Suivi de l'état nutritionnel des enfants âgés de 6 mois à 5 ans des ménages bénéficiaires.
  • Organisation de séances de sensibilisation sur les bonnes pratiques nutritionnelles pour une prise en charge communautaire de la malnutrition.
  • Organisation de formations et mise en place du système communautaire de surveillance nutritionnelle via des mères formées par CARE.

Renforcement du cadre de coordination avec les autres acteurs intervenant dans le secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle utilisant des transferts monétaires et mise en évidence de l’impact des programmes de transferts monétaires sur la protection sociale à travers une étude qualitative et quantitative.

  • Harmonisation des approches d'intervention pour les réponses aux besoins des ménages vulnérables pendant la période de soudure et mise en place d'un mécanisme de coordination avec la cellule nationale de protection sociale.
  • Participation active à la collecte des données pour l'analyse du cadre régional d’analyse de l’insécurité alimentaire dans le Sahel, des outils de calcul de la vulnérabilité socio-économique des ménages, de mars et novembre 2016, et de l’enquête nationale sur la sécurité alimentaire en octobre et novembre 2016.
  • Mise en place de l’alliance ECHO (coordination entre les programmes, les approches et les méthodologies entre les ONG présentes) au Tchad.
  • Conduite d'une étude qualitative et quantitative pour la mise en évidence de l'impact des programmes de transfert monétaire sur l'amélioration des conditions alimentaires et nutritionnelles des ménages bénéficiaires.