25 octobre 2001

Flora MacDonald, conseillère en programmation pour

, a effectué plusieurs visites en Afghanistan au cours des dernières années. Il y a trois ans, elle a traversé le col de Khyber, à la frontière de l'Afghanistan, au niveau des fortifications qui protègent ce col bien connu depuis des milliers d'années.

À la fin de mars 2001, elle a séjourné à Kabul et visité les travaux qu'y effectue Care, en conjonction avec CARE Afghanistan, depuis 1989.

En septembre, elle était de nouveau en route vers l'Afghanistan lorsque les terribles tragédies du 11 septembre ont secoué les États-Unis. Les employés étrangers de l'ONU et des ONG ont été forcés de quitter l'Afghanistan, et le travail humanitaire extrêmement important qu'ils effectuaient est maintenant sérieusement remis en question. De plus, on se préoccupe énormément du sort du personnel local des ONG.

 

En Afghanistan, une tragédie humaine d'envergure gagne de l'ampleur. Des milliers de personnes sont en route vers les frontières, craignant pour leurs vies et menacées à la fois par le conflit et par la famine. Tandis que les médias font sans cesse état des préparatifs de guerre en réponse aux attaques contre les États-Unis, on s'occupe très peu de mobiliser une intervention humanitaire pour aider la population afghane déplacée. Le sort de millions de victimes innocentes est en péril si une aide humanitaire ne peut être acheminée vers le pays.

Les pages suivantes illustrent le travail que

effectuait avant le 11 septembre, un travail qui est maintenant sérieusement remis en question. En cette époque d'incertitude, le monde entier ne doit pas perdre de vue les besoins et les inquiétudes du peuple afghan.