06 mars 2002

L’INÉGALITÉ EN PARTAGE  - Les femmes sont les premières victimes de la pauvreté, de la maladie et de l’ignorance. Contrairement à une opinion largement répandue, qui s’apparente plus à de l’indifférence qu’à un optimisme fondé, cette tendance lourde ne tend pas à s’atténuer. Si quelques indicateurs peuvent paraître rassurants, les femmes sont toujours les premières touchées en cas de crise ou de catastrophe.

Des chiffres qui parlent :

*1, 3 milliard de personnes dans le monde vivent en dessous du seuil de pauvreté (moins d’1$ par jour): 70 % d’entre elles sont des femmes

*les femmes reçoivent moins de 5 % des crédits et prêts aux particuliers accordés par les banques et les systèmes financiers institutionnels

*876 millions d’adultes sont analphabètes dans les pays en développement : les 2/3 sont des femmes

*chaque minute, dans les pays en développement, une femme meurt des suites d’une complication liée à une grossesse

*les 2/3 des 45 millions d’aveugles dans le monde sont des femmes.

Les femmes sont pourtant le plus important moteur du développement dans les pays pauvres. Les pays les plus « machistes » se privent d’un ressort essentiel de croissance et de dynamisme. Tous les observateurs internationaux le reconnaissent et les ONG qui travaillent sur le terrain se préoccupent à la fois de combattre les inégalités dont souffrent les femmes et de prendre appui sur leur vitalité, leur capacité d’organisation et leur volonté de construire pour leurs enfants. C’est le sens des actions menées par CARE en faveur des femmes, tant en situation d’urgence que dans les programmes de développement.

Pour recevoir l'intégralité du dossier de presse, contactez Loetitia Raymond à raymond@carefrance.org.