02 juillet 2002

Pour la première fois, le travail d’une photographe indépendante a été récompensé par le jury du 7ème Grand prix CARE International du Reportage Humanitaire. Cette jeune photographe française de 30 ans a photographié les secouristes palestiniens à Ramallah , en Cisjordanie entre décembre 2001 et février 2002. Pour lire le témoignage d'Anne-Laure Detilleux, cliquez-ici.

Primé pour le remarquable travail de journaliste réalisé dans des conditions périlleuses, ce reportage en couleur montre le quotidien des équipes de secouristes : les difficultés à travailler, la peur, le stress, l’humiliation, les checkpoint, les attaques d’ambulances, les collègues blessés, la solidarité possible entre adversaires autour d’une victime. Au cours de 2 séjours de 3 semaines chacun, Anne-Laure Detilleux a suivi ces hommes et ces femmes jour après jour dans les ambulances en partageant leur quotidien 24 h sur 24 pour comprendre leur vie.

Décès de victimes dus aux immobilisations qui empêchent les ambulances d’accéder aux hôpitaux, ambulances servant de bouclier aux enfants pris sous le feu, ces photos renvoient également au quotidien des organisations humanitaires confrontées à ces mêmes contraintes, lorsque trop souvent elles ne peuvent accéder aux victimes, exerçant leur travail dans des conditions extrêmement difficiles, parfois au péril de la vie des humanitaires.

Quatre autres reportages ont été choisis comme finalistes par le jury* du Grand Prix CARE international du Reportage Humanitaire pour leur qualité photographique, mais aussi pour la valeur de dénonciation de ces images qui font toutes le constat d’injustices ou d’atteintes aux droits de la personne humaine et renvoient aux grands conflits de la planète. Ces clichés sont autant d’ « arrêts sur image » sur des moments forts de l’actualité et des lieux particulièrement exposés où CARE exerce ses missions d’urgence et de développement. Le Grand Prix et les expositions qui le prolongent ont pour vocation de sensibiliser l’opinion publique et les leaders d’opinion sur des problématiques trop souvent oubliées. Il s’agit de :

-          Camp de réfugiés de Jenine, Mike Nelson/AFP, en couleurs ( 2002)

-          Situation en Afghanistan après la chute des talibans, Tim Dirven/Panos Pictures, en noir et blanc ( 2001)

-          Guerre tchétchène, Heidi Bradner/Panos Pictures, en noir et blanc (2000)

-          Sangate : passage de clandestins vers l’Angleterre, Olivier Jobard/SIPA PRESS, en couleurs ( 2001/2002).

Trois de ces reportages se situent dans des régions où CARE se trouve actuellement sur le terrain, en Cisjordanie (depuis 1948) pour une mission de soutien médical, en Afghanistan (depuis 1961) pour des programmes d’éducation, d’accès à l’eau, d’aide alimentaire et de réhabilitation, en Ingouchie, notamment pour un projet de soins aux enfants traumatisés par la guerre.

L’ensemble des reportages primés sera exposé à Perpignan du 31 août au 15 septembre 2002, dans le cadre du Festival International du photo journalisme VISA pour l’image.

Le 7ème Grand Prix CARE International du reportage humanitaire est parrainé par Proxiserve, leader français des services de l’environnement à domicile (eau, énergie, air). La lauréate Anne-Laure Detilleux,  recevra le prix , d’une valeur de 7623 €, lors de la soirée de remise du prix qui lui sera consacrée au Festival de Perpignan le 5 septembre prochain.

*Composition du jury du 6ème Grand Prix CARE International du reportage humanitaire : Romain Lacroix/Paris Match, Frédérique d’Anglejean/VSD, Jean-François Dessaint/L’Express, Jean-François Leroy/VISA pour l’image, Frank Muller-May/Stern Magazine, Sylvie Rebbot/Géo, Catherine Simon/CARE France, Hélène Véret/BBC, Etienne Chevillard/Proxiserve.

Le réseau CARE est une association de solidarité internationale qui intervient en urgence et développement. En combattant la discrimination sous toutes ses formes, CARE travaille dans une démarche de développement durable où chaque projet est construit pour se pérenniser et apporter des changements profonds. Microfinance, éducation, lutte contre le Sida, accès à l’eau potable, environnement ou programmes de développement urbain, CARE s’attaque à tous les fronts de la pauvreté auprès de 25 millions de personnes chaque année, dans plus de 65 pays. Dans le cadre du mouvement mondial qui s’est engagé à diminuer radicalement la pauvreté dans les prochaines années, CARE s’est fixé un objectif simple et ambitieux : contribuer à réduire de 50 %le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté d’ici 2015.

Très prochainement, vous retrouverez l'ensemble des images de ces reportages sur notre site Internet.