07 décembre 2002

, dues en grande partie à la sécheresse. Selon les estimations, près de 6 millions d’Ethiopiens ont besoin d’une aide d’urgence. Ces chiffres ont augmentés d’environ 700.000 personnes en un mois, et la situation continue de s’aggraver rapidement. Entre 8 et 10 millions de personnes auront besoin d’assistance d’ici à la fin de l’année, et si les récoltes sont mauvaises dans les zones déjà touchées, ce sont 15 millions de personnes, près de 20% de la population, qui auront besoin d’une aide d’urgence en 2003.

.

Si les faibles précipitations ont déclenché la crise, c’est la pauvreté chronique qui affecte les zones rurales du pays qui en est la principale responsable. En Ethiopie, CARE aide les populations à se battre contre la pauvreté grâce à des programmes d’agriculture, de développement de petites activités économiques, de planning familial et de prévention contre le VIH/SIDA.

Aujourd’hui, les enjeux les importants en matière de lutte contre la pauvreté se situent dans les zones rurales, comme la province d’Hararghe, la région d’Oromiva, au sud est de la capitale, Addis Abeba. CARE estime qu’environ 90 % des récoltes dans l’Ouest de la province d’Hararghe seront perdues cette année. De plus, la sécheresse a devasté les pâturages.

Début septembre 2002, CARE a mené une évaluation dans l’Ouest de la procince d’Haraghe, et les résultats sont alarmants. Les membres de l’équipe d’évaluation, pourtant très expérimentés, ont indiqué qu’ils n’avaient jamais vu une situation se détériorer à cette vitesse, et dans une telle proportion. Selon les estimations, 1.1 millions de personnes, les deux-tiers de la population, ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate. Des centaines, et peut-être des milliers d’enfants courent actuellement un risque de famine. Dans l’ensemble des villages visités, les membres de l’équipe d’évaluation ont trouvé des enfants avec des symptomes de malnutrition sévère, notamment des carences en protéine, des ventres dilatés, des œdèmes sur le visage et les chevilles, la peau sur les os à cause de la disparition des tissus de muscles et de graisse. Dans plusieurs villages, les équipes ont entendu parler de morts, allant de un à 11 enfants, sur les derniers deux mois.

Les autres signes de la pénurie alimentaire sont nombreux. Les familles mangent les récoltes encore vertes, ou lorsqu’il n’y en a plus, cherchent des plantes sauvages. Le prix du peu de grain disponible sur les marchés est bien au-delà des possibilités des plus pauvres. Le prix du bétail, au contraire, est en grande partie diminué. Les familles désespérées vendent en effet leurs animaux pour pouvoir acheter des graines. Les animaux sont généralement faibles à cause du manque de pâturage et d’eau, et de plus en plus malades.

Les populations vivant dans l’Ouest de la province d’Haraghe doivent également faire face à une situation d’urgence en matière d’eau et de santé. Comme les sources d’eau de surface s’assèchent, l’eau disponible est de plus en plus contaminée. Les villageois expliquent que les cas de diahrées s’étendent. Pour les enfants la diarhée accentue les effets de la mauvaise alimentation et provoque la malnutrition de manière plus rapide et plus sévère. D’autres maladies liées au manque d’eau et la mauvaise qualité des eaux disponibles se répandent également, comme la gale ou les conjonctivites.

La réponse de CARE

Seule organisation humanitaire actuellement dans l’ouest d’Hararghe, CARE travaille en étroite collaboration avec le gouvernement d’Ethiopie afin de mener une étude détaillée en matière de nutrition et afin de coordonner les distributions de nourriture et des autres aides d’urgence. Au total, CARE prévoit de distribuer une aide d’urgence à 1.1 million de personne dans l’ouest de la province d’Hararghe. CARE prévoit également d’apporter son soutien aux efforts du gouvernement pour aider les autres populations de la province dans le besoin.

Dans la région d’Oromiva, CARE distribue des rations alimentaires supplémentaires tout en préparant une aide d’urgence de grande ampleur. Dans les zones où les familles dépendent avant tout de leurs animaux pour se nourrir et générer un revenu, CARE apporte plus 500 tonnes de fourrage pour aider 5.400 familles a protéger la santé de leur bêtesl. CARE fournit également des médicaments pour 17.000 animaux et réhabilité les sources d’eau pour la consommation.

Pour revenir à la page d'accueil.

Pour en savoir plus sur la sécheresse en Afrique australe.

Pour en savoir plus sur les interventions d'urgence de CARE.