13 février 2003

À l'extérieur de Kaboul, quelques 200 000 hommes armés et commandants de milice ont rempli le vide créé par l'absence de l'armée afghane ou d'une force internationale de maintien de la paix. En dépit des demandes répétées de la part de citoyens afghans, de politiciens et même de commandants régionaux, la communauté internationale a décidé de ne pas étendre les opérations de maintien de la paix au-delà de Kaboul. CARE, qui travaille en Afghanistan depuis 30 ans, a rendu public un dossier expliquant la nécessité d'augmenter la sécurité au pays. Pour consulter le rapport (pdf) qui préconise cinq recommandations pour remédier à l'absence de sécurité en Afghanistan, cliquez ici. Pour connaître les programmes de CARE en Afghanistan, cliquez ici.

CARE demande à l'ONU, ainsi qu'aux nations qui participent à la coalition afghane et aux efforts de reconstruction, d'engager des ressources additionnelles afin de compléter les effectifs de l'Armée afghane. Il faut également intensifier la démobilisation de la milice, ainsi que la formation de l'armée nationale et du corps policier.

La reconstruction demeure prioritaire, et elle devrait être coordonnée par des civils, plutôt que par des militaires.