16 avril 2003

L’équipe de CARE Irak à Bagdad a dû se retirer pendant quelques jours dans les environs de la ville, pour d’évidentes raisons de sécurité. Pour autant, les activités des équipes n’ont pas été interrompues. En dehors de Bagdad, CARE Irak a continué à délivrer de l’eau dans les hôpitaux et auprès de 25 000 Irakiens à l’ouest de la capitale. Les équipes ont également maintenu leur programme de distribution de produits d’hygiène et de lait de soja enrichi en lactose pour les enfants dénutris.

Dès aujourd’hui certains membres de CARE Irak ont rejoint Bagdad. Sur place, les besoins sont immenses, notamment dans les hôpitaux : il faut les protéger des pillages, les fournir en produits d’hygiène et de soin, remettre en état le fonctionnement électrique et l’approvisionnement en eau.

Pour CARE, tout sera en place pour faire face aux urgences prioritaires. Plusieurs convois sont prêts à partir d’Amman pour Bagdad, comportant :

-         d’une part près de 5 000 kits de produits d’hygiène (savon, lessive, shampoing, dentifrice …).

-         en second lieu plusieurs tonnes de nourriture, dont 120 tonnes de biscuits protéinés et du lait de soja enrichi en lactose pour les enfants dénutris.

-         Le troisième convoi transportera 4 générateurs et des produits de secours pour les hôpitaux et les centres de santé.

La question de l’alimentation reste à résoudre. Le programme « pétrole contre nourriture » a été interrompu par la guerre et les réserves sur place s’épuisent. Par ailleurs les prix des produits de base grimpent en flèche. Dans certaines régions, le prix de la farine a augmenté de 90 % depuis le début du conflit. Dans bien des cas, les aides alimentaires existent, mais il est impossible de les transporter.

Dans le climat actuel, CARE demande une protection des hangars où se trouvent les réserves de vivres et une sécurisation de la chaîne logistique du transport d’aide alimentaire. Ces deux conditions sont impératives pour pouvoir assurer une distribution professionnelle et équitable avec des équipes humanitaires expérimentées.

Depuis 1991, les programmes CARE en Irak ont fourni une assistance humanitaire à plus de 7 millions de personnes –environ 1/3 de la population irakienne. À partir de 1995, les programmes CARE dans le centre et le sud de l’Irak se concentrent sur l’eau et l’assainissement, la santé et les enfants. Margaret Hassan dirige les opérations de CARE en Irak. Britannique, vivant depuis plus de 30 ans dans le pays, elle s’est engagée à ne pas quitter le territoire, malgré l’évolution alarmante de la situation.