18 octobre 2004

CARE demande l’abrogation de la loi anti-adoption internationale votée en Roumanie

Sous la pression de l’Union Européenne, les parlementaires roumains ont approuvé le mardi 15 juin 2004 une législation qui restreint sévèrement les possibilités d’adoption d’enfants par des étrangers. Selon la loi, seuls les grands parents d’enfants roumains pourront prétendre à l’adoption d’enfants.

 

Cette loi, souligne Philippe Lévêque, Directeur général de CARE France, revient purement et simplement à interdire les possibilités d’adoption internationale en Roumanie, au lieu d’encadrer celle-ci de manière efficace.

 

CARE France critique cette loi contraire à la convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale du 29 mai 1993.

 

Dans son préambule, cette convention stipule que les Etats signataires, dont la Roumanie, reconnaissent que « l’adoption internationale peut présenter l’avantage de donner une famille permanente à l’enfant pour lequel une famille appropriée ne peut être trouvée dans le pays d’origine ».

 

Le moratoire de l’adoption internationale en Roumanie qui remonte à décembre 2000 a déjà eu des effets catastrophiques dans la mesure où :

 

-          le nombre des abandons d’enfants dans le pays ne diminue pas (environ 10.000 par an),

-          le nombre des adoptions nationales se monte à environ 1.000 par an,

-          ce sont donc environ 9.000 enfants qui viennent grossir annuellement le nombre d’enfants privés de leur droit à une famille.

 

Avant ce moratoire, rappelle Philippe Lévêque, plus de 4.000 enfants bénéficiaient chaque année d’une adoption internationale.

 

Le droit et l’intérêt des enfants doivent être une priorité. A l’occasion de la visite de Jean-Pierre Raffarin en Roumanie, CARE demande au gouvernement français :

-          de se démarquer de la position extrémiste de l’Union Européenne,

-          et de souligner l’importance qu’il attache à ce que la Roumanie respecte son engagement sur la Convention de La Haye.

 

SERA Roumanie, le partenaire de CARE France, travaille en Roumanie depuis 1996 sur

les questions de protection de l’enfance en difficulté.  L’objectif de SERA est de mettre fin à

cette situation intolérable par trois moyens : la prévention de l’abandon, la

 « désinstitutionnalisation » des enfants abandonnés et l’humanisation des conditions de vie

des enfants tant qu’ils sont dans les orphelinats.

 

Dans plus de 70 pays à travers le monde, le réseau CARE aide, transforme, responsabilise et

rend autonomes les plus démunis tout en protégeant leurs droits économiques et sociaux.

En combattant la discrimination sous toutes ses formes, l’association travaille dans

une démarche de développement durable où chaque projet est construit pour se pérenniser

et apporter des changements profonds. Respect des droits fondamentaux, accès à

l’éducation, accès aux soins, accès à l’eau potable, lutte contre le Sida, protection

de l’environnement, microfinance ou encore programmes de développement urbain,

CARE s’attaque à tous les fronts de la pauvreté, grâce à des programmes d’urgence et de

développement qui concernent 25 millions de personnes chaque année.

 

Contacts presse :               

Philippe Lévêque, directeur Général de CARE France

                06 15 27 42 84 – 01 53 19 89 89

Annie Leroy, Responsable Communication de CARE France

06 77 00 75 30 – 01 53 19 89 89 – leroy@carefrance.org

Dr Bogdan Simion, Directeur de SERA Roumanie (Bucarest)

00 40 0722 228 610