31 mars 2006

Au Katanga, la situation de crise qui perdure depuis plusieurs mois s’est transformée en ce que l’OCHA1 décrit comme une véritable urgence humanitaire, dans un pays où 1200 personnes meurent chaque jour... Cette crise exige donc une sérieuse mobilisation internationale.

Les difficultés sont apparues en Octobre 2005, quand les forces gouvernementales de RDC ont lancé des opérations contre les milices Maï Maï, dans certaines zones du centre du Katanga. Après plusieurs tentatives vaines pour réintégrer ces milices dans l’armée civile, le gouvernement se trouve face à un réel conflit civil, avec pour objectif la prise du contrôle de ces régions. Ce conflit prend des proportions de plus en plus inquiétantes, les élections étant prévues en juin prochain, les premières depuis l’indépendance du pays en 1960.

Jusqu’à présent les forces armées ont seulement réussi à chasser ces milices d’un endroit à un autre, mais pas à les neutraliser. Les Maï Maï s’en prennent dès lors à la population pour faire pression sur le gouvernement et sont donc une réelle menace pour les civils. Plus de 140 000 personnes sont déplacées et se concentrent actuellement dans des camps de réfugiés près des grandes villes.

La plupart ont fui leur maison, en laissant tout derrière eux. L’approvisionnement en nourriture est de fait extrêmement difficile, d’autant qu’aucune terre près des camps n’est exploitable pour la récolte.

CARE lance une mission exploratoire pour évaluer les différentes possibilités d’intervention au Katanga et venir en aide aux réfugiés, compte tenu du peu de moyens à disposition et de la difficulté d’accès dans ces zones.

CARE s’est impliqué en République démocratique du Congo de 1994 à 1998, en apportant son soutien aux réfugiés rwandais. Quatre années plus tard, en réponse aux problèmes humanitaires, CARE s’y est établi à long terme. Un programme de secours, de reconstruction et de développement a été entrepris dans les domaines de la paix, la santé, la relance économique et le micro-entreprenariat.

1  Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires