20 mars 2007

L’eau, un enjeu politique dans les territoires occupés palestiniens

La situation reste alarmante. Conséquence de la crise politique et économique qui sévit dans ces régions, les infrastructures d’alimentation en eau ne sont pas développées. Pire encore, faute de moyens, elles ne sont pas ou mal entretenues. La plupart des infrastructures datent d’avant 1967, très peu de nouvelles infrastructures ont été réalisées depuis plus de 40 ans. Les territoires occupés sont confrontés à une pénurie qui menace la population !  

De surcroît le prix de l’eau est très cher. Les familles palestiniennes paient environ 2 € le mètre cube d’eau, (contre environ 3€ en France) alors que plus de la moitié de la population palestinienne vit sous le seuil de la pauvreté. Ce phénomène est encore aggravé depuis janvier 2006 alors que de nombreuses familles ne disposent plus d’aucun  revenu pour vivre.

Photo : AFP/Méhdi Fédouach - Jean François Deniau, Président d’honneur de  CARE  France  de  1995  à  2007,  s’était rendu fin novembre 2006 en Palestine pour visiter les projets de CARE.

Le problème de l’eau se pose aussi en terme de qualité : selon Philippe Lévêque, Directeur Général de CARE France : «  Non seulement l’accès à l’eau est difficile pour les Palestiniens mais aussi la qualité de l’eau est tellement mauvaise qu’elle entraîne de nombreuses maladies liées à l’eau et un taux de mortalité infantile important ». De plus, la pénurie d’eau, ajoutée au faible niveau de  précipitations, interfère fortement sur le développement de l’agriculture.

Pour pallier ces difficultés, CARE apporte une aide d’urgence en Cisjordanie et à Gaza. Financé à hauteur de 3,75 millions d’euros par le Service d’Aide Humanitaire de la Commission européenne, le projet de CARE vise à approvisionner en eau potable et à donner des moyens de stockage de l’eau dans les zones rurales les plus appauvries de la région de Jénine et de la Bande de Gaza : développement des réseaux hydrauliques, construction de citernes à eau et amélioration des installations sanitaires dans les écoles.

Dans le cadre de ce projet, CARE a lancé en 2006 une étude pour évaluer la disponibilité en eau dans ces régions et les conséquences des difficultés d’accès sur les conditions de vie des ménages palestiniens. Pour lire le rapport complet de cette étude en anglais, cliquez ici.

CARE est une association de solidarité internationale non confessionnelle, apolitique et indépendante. Dans une démarche de développement durable, CARE aide et rend autonomes les plus démunis tout en protégeant leurs droits économiques et sociaux. CARE est présent en Palestine depuis 1994 et y mène également des projets de sécurité alimentaire et de soutien aux hôpitaux. Dans le cadre de son action en faveur de l’accès à l’eau, outre le projet mentionné ci-dessus, CARE réhabilite le puits de l’hôpital principal de Jénine grâce à un financement de 50 000 euros de la Ville de Paris.