18 juin 2007

Gaza, le 18 juin 2007 –

CARE demande à Israël et au Hamas de travailler ensemble pour s’assurer que les points d'entrée dans la bande de Gaza ouvrent à nouveau pour permettre l’approvisionnement en marchandises et en services. Alors que les combats ont cessé, que l'électricité, l'eau et les lignes téléphoniques fonctionnent à nouveau, CARE s’inquiète des conditions de vie de la population civile dans la bande de Gaza si les stocks de nourriture ne sont pas renfloués rapidement. « La situation humanitaire deviendra critique dès la semaine prochaine si la nourriture, le carburant et d'autres approvisionnements essentiels ne peuvent être acheminés dans la bande de Gaza », alerte Elisabeth Sime, Directrice du bureau de CARE en Palestine.

Le 11 juin, CARE avait dû suspendre temporairement ses activités dans la bande de Gaza pour des raisons de sécurité. L’association a repris son travail dès dimanche matin. Jusqu’à présent, CARE avait apporté des médicaments et des équipements médicaux - y compris des machines de dialyse - pour les hôpitaux locaux. Pendant les combats, la semaine dernière, les stocks ont été épuisés dans les cliniques et les hôpitaux, et CARE s’attache actuellement à les réapprovisionner.

Le bureau de CARE en Palestine invite l’ensemble des donateurs et des bailleurs institutionnels à faire preuve de compréhension devant la crise actuelle, et à prendre conscience que les besoins sont susceptibles d'augmenter dans les prochaines semaines. En outre, il apparaît de plus en plus compliqué de ne pas avoir de contacts avec le Hamas, si les organisations humanitaires veulent apporter l'aide absolument nécessaire aux populations civiles les plus vulnérables.