13 août 2007

Une victoire pour la santé publique : Novartis a été débouté dans sa plainte contre l’Etat indien

Le verdict rendu le 6 août dernier par la cour indienne contre le géant pharmaceutique suisse Novartis est une victoire considérable pour l’Inde et pour la mobilisation mondiale.

Novartis avait récusé une loi permettant à l’Inde de refuser l’application d’un brevet sur un médicament déjà existant. Novartis s’attaquait ainsi directement au droit de l’Inde de protéger la santé de ses habitants.

La Justice

indienne a demandé à Novartis et à l’industrie pharmaceutique de respecter le droit des pays en développement à trouver le bon équilibre entre la protection de la santé publique et celui de la propriété intellectuelle.

Cette décision protègera l’Inde, devenue le premier fournisseur de médicaments bon marché pour les populations les plus défavorisées. CARE, comme l’ensemble des associations humanitaires, se réjouit de la décision de Novartis de ne pas faire appel.

L’Inde, le plus grand producteur de médicaments génériques au monde, et connue comme « la pharmacie des pays en développement », fournit la majorité des médicaments génériques aux pays en développement, à un coût très inférieur à celui des médicaments brevetés.

La plainte de Novartis constituait une grave menace dans les pays en voie de développement pour les millions de personnes atteintes de cancer, du SIDA, de diabète et d’autres maladies car ils n’ont pas les moyens d’acheter  des médicaments brevetés.

Une campagne internationale initiée par la société civile, et relayée par CARE, a entraîné une mobilisation d’environ 500 000 personnes dans le monde pour inciter Novartis à abandonner la procédure.

Amis de CARE France, vous avez été près de 1 200 à signer la pétition contre Novartis, et nous tenons, au nom des populations défavorisées, à vous remercier pour votre engagement.

Aujourd’hui, CARE demande à Novartis de poursuivre ses efforts afin de promouvoir l’accès aux médicaments dans les pays en développement ainsi que la recherche et le développement pour les maladies méconnues.