10 septembre 2007

CARE vient en aide aux victimes de l’Ouragan Felix au Nicaragua.

En traversant le Nicaragua, l’Ouragan Felix s’est transformé en un terrible déluge de pluie. Les équipes d’urgence de CARE constatent dans le Nord Est du pays l’ampleur des dégâts et  des besoins. CARE et ses partenaires locaux commencent à distribuer localement une aide d’urgence - vivres, eau et produits d’hygiène de base – pour venir en aide à près de 22 000 personnes parmi les plus affectées dans les villes de Puerto Cabezas et Waspan ainsi que dans six communautés du département de Jinotega. Les équipes d’évaluation de CARE suivent aussi attentivement la situation dans les départements de Matagalpa et Esteli où les pluies se poursuivent.

Sur la base des évaluations initiales, CARE a défini une budget prévisionnel de près d'un million d'euros pour poursuivre les actions d’urgence au Nicaragua au moins pendant les 30 prochains jours. Par ailleurs, CARE planifie des actions de réhabilitation à long terme.

 « Nous ne connaissons pas l’étendue exacte de l’ensemble des besoins car les pluies continuent et les équipes d’évaluation tentent toujours d’atteindre les zones les plus difficiles d’accès », indique Marcos Neto, directeur de CARE au Nicaragua. « Ce que nous avons vu ce sont de nombreuses populations effrayées et fatiguées dont les maisons ont été totalement détruites. Puisque les sources d’eau ont été contaminées, ces populations sont contraintes de boire de l’eau non potable. Les rivières sont en crue et les familles les plus démunies sont en train de perdre leurs récoltes à cause des inondations. Les communications sont restreintes et les lignes téléphoniques sont coupées. Il n’y a pas d’électricité pas même pour charger un téléphone mobile afin d’appeler à l’aide”.

L’année passée CARE a soutenu les communautés de Waspan et Bluefields afin de construire sept abris d’urgence. Les communautés ont aussi préparé des plans de réponse à l’urgence et d’évacuation des routes, et ont organisé des comités locaux pour répondre aux catastrophes naturelles. Elles ont aussi reçue une formation et des équipements de base pour la recherche de victimes et le sauvetage. Lorsque l’ouragan Félix s’est approché, plus de 200 familles ont été évacuées vers les abris qui ont résisté aux assauts de l’ouragan. Puisque les pluies continuent et que le niveau des eaux augmente, d’autres familles continuent d’être évacuées vers les abris.

Pendant que la réponse à l’urgence se poursuit, CARE prévoit un programme de réhabilitation sur le long terme. Il sera orienté vers la reconstruction des maisons et des systèmes d’accès à l’eau potable, la réhabilitation des récoltes détruites et la construction d’abris d’urgence supplémentaires.

“Il n’existe pas de solution simple pour garantir la sécurité de chacun durant une catastrophe naturelle,” prévient Marcos Neto. “Une chose est sûre c’est que dans le monde d’aujourd’hui il ne devrait pas y avoir autant de gens vivant en situation d’extrême pauvreté. Ce sont ces personnes qui souffrent le plus, en particulier les femmes, qui sont les premières en charge de leur foyer. C’est en travaillant avant tout sur les causes profondes de l’extrême pauvreté et en mettant parallèlement en place des mesures de prévention des risques que nous pourrons éviter les effets dramatiques de catastrophes comme l’ouragan Félix. Et nous commençons à voir les bénéfices de ce travail. Mais, dans ces zones propices aux catastrophes naturelles, il faut faire bien plus en termes de prévention des risques.”

CARE travaille en Amérique Centrale depuis 1955. Aujourd’hui, CARE mène des projets de développement impliquant notamment les femmes marginalisées au travers de programmes relatifs à la santé, l’éducation, et la microfinance.

Pour plus d'information sur les réponses humanitaires d'urgence, www.alertnet.org