14 novembre 2007

CARE dispose de 3000 tonnes de vivres dans la capitale somalienne, Mogadiscio, et quelque 2000 tonnes en attente d'expédition au port kenyan de Mombassa, mais n'est pas en mesure d'apporter ces vivres aux personnes dans le besoin en raison des intenses combats qui sévissent dans le pays.

déclare Gary McGurk, coordonnateur de l'équipe d'urgence de CARE en Somalie.

173 000 personnes ont fui Mogadiscio au cours des deux dernières semaines. Lorsque les combats ont éclaté en avril dernier, beaucoup se sont dirigés vers le sud de la région de Shabelle, mais la route y menant a été bloquée par les combats, et les populations ont alors fui vers le nord le long de deux grandes voies d'accès.

Le détournement d'un cargo par des pirates dans le port de Mogadiscio, a empêché l’acheminement de vivres par la mer, et le transport routier est rendu difficile à cause de la mise en place de barrages tenus par des hommes armés qui demandent en moyenne 50 $ par camion.

"Il faut habituellement quatre ou cinq heures pour aller de Baidoa (Le Gouvernement fédéral de transition de la petite capitale) à Mogadiscio », précise Gary McGurk. "Dans les conditions actuelles, il faut compter quatre à cinq jours."

CARE s'apprête à distribuer des bâches en plastique, des moustiquaires et des couvertures aux personnes déplacées de Las Anod, la saison des pluies venant de démarrer en Somalie. CARE procèdera à la distribution des vivres dès que les conditions de sécurité le permettront.

© CARE 2007