23 mai 2008

La décision de la Birmanie sonne comme un " tournant potentiel " pour l’aide humanitaire.

© CARE 2008

23 mai 2008 – Le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé, aujourd’hui, la décision du gouvernement d’autoriser l’entrée des travailleurs humanitaires en Birmanie. CARE, qui a accueilli cette nouvelle avec soulagement et prudence, espère désormais mener une intervention d’urgence à plus grande échelle.

 « Nous sommes soulagés qu’un accord ait été trouvé entre le Secrétaire Général des Nations Unies et les autorités gouvernementales birmanes », dit Brian Agland, directeur de CARE en Birmanie. « C’est un grand pas en avant et ce pourrait être un tournant dans notre intervention d’urgence, notamment auprès des populations des  zones isolées, désespérément dans le besoin ».

Pour renforcer CARE dans son intervention d’urgence, sept spécialistes, notamment en logistique, en eau et assainissement…, sont prêts à se rendre en Birmanie. « Il est urgent d’apporter de l’aide dans toutes les zones touchées par le cyclone. Nous espérons surtout que cette décision permettra à nos experts, quelle que soit leur nationalité, de se rendre dans toutes ces zones pour apporter leur aide aux survivants » explique Brian Agland.

« Nous espérons également que cela mènera à un accord sur l’expédition, la réception et l’enlèvement de produits en Birmanie », poursuit Brian Agland, qui rencontrera demain Ban Ki-moon, avec d’autres représentants d’organisations humanitaires.

CARE dispose d’une équipe de plus de 550 personnes sur place et a apporté une aide à près de 100 000 personnes ayant survécu au cyclone. Présent depuis 14 ans en Birmanie, CARE a pu intervenir rapidement après le désastre.