04 septembre 2008

CARE se prépare à intervenir suite à la tempête Hanna qui a frappé Haïti

© CARE / Rick Perera

Suite au passage de la tempête Hanna, qui a frappé la côte nord-est d’Haïti, la situation humanitaire de plusieurs zones pourrait vite se dégrader informe CARE. La tempête Hanna, avec des vents à 113 km/h et de fortes pluies, a touché l’ensemble du pays entre lundi soir et mardi.

La ville de Gonaïves, située au nord-ouest, est la plus sévèrement touchée. Toute la ville a été inondée et jusqu’à deux mètres d’eau dans certains quartiers. Toutes les routes sont coupées et il est difficile pour les agences humanitaire d’intervenir.

« Notre bureau, situé à Gonaïves, a été inondé. Plusieurs membres de l’équipe sont isolés chez eux mais nous travaillons pour évaluer les besoins humanitaires des survivants », indique Gary Philoctète, le directeur adjoint de CARE en Haïti. « CARE entretient d’excellentes relations les agences locales et collaborera avec elles pour apporter une aide d’urgence qui comprendra de la nourriture et de l’eau potable. »

 

Sachant que deux autres tempêtes tropicales devraient atteindre Haïti dans les jours à venir, les conditions climatiques posent un véritable problème pour mettre en place l’aide. La déforestation presque totale d’Haïti expose le pays à des risques très importants d’inondations en cas de tempêtes tropicales même de force moyenne.

 

« Nous pouvons penser que dans les régions sinistrées, une bonne partie des infrastructures, telles que les routes, les ponts et les bâtiments publics (écoles) sera très endommagée voire détruite. La destruction des cultures va peu à peu engendrer des pénuries alimentaires » s’inquiète Gary Philoctète. « Nous continuerons d’intervenir sur le long terme pour que les Haïtiens reconstruisent leurs communautés et leur économie ».