03 novembre 2008

RDC : CARE apporte une aide d’urgence et craint une épidémie de choléra.

© CARE

Profitant du fragile cessez-le-feu, CARE distribue des biens de première nécessité et des traitements pour le choléra à quelques milliers de personnes réfugiées à Goma. Le chef des rebelles a assuré qu’il garantirait le passage aux agences humanitaires qui souhaitent venir en aide à 250 000 personnes ayant fui leurs maisons, après les violents combats opposant les rebelles à l'armée.

Dans un premier temps, CARE intervient auprès de 1 700 personnes qui se sont réfugiées dans les églises et les écoles de Goma, et qui n'ont pas de nourriture, pas d’eau potable, pas d'abri ni de soutien médical. CARE leur distribue des kits d’urgence contenant des articles d'hygiène, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des bâches en plastique.

« Les agences humanitaires et l'ONU commencent à toucher les personnes qui reviennent dans les camps de réfugiés provisoires formés à l'extérieur de la ville, mais le maire de Goma a lancé un appel pour aider les personnes déplacées laissées pour compte, dans l’impossibilité de quitter la ville, » déclare Sébastien Pennes, directeur adjoint de CARE en RDC.

CARE travaille en collaboration avec l’organisation internationale d’aide médicale Merlin pour mettre en place un centre temporaire de traitement du choléra, après que des cas ont été signalés parmi les personnes déplacées de Goma.

« Les personnes déplacées ont répandu le choléra,» a déclaré Sébastien Pennes. « Nous ne connaissons pas encore l'ampleur de la maladie. Mais il est certain que l'hôpital général de la ville n’aura pas la capacité d’y faire face. Il est trop tôt pour parler d’épidémie. Il s’agit du premier stade de l'apparition d'un foyer et il est essentiel de réagir immédiatement. "

Les informations sont encore sommaires sur ce qui se passe en dehors des limites de la ville. On rapporte notamment des pillages, des viols et des incendies dans les camps provisoires. CARE demande à la communauté internationale d’assurer instamment que la Force de Maintien de la Paix de l'Organisation des Nations unies au Congo (MONUC) soit en mesure et suffisamment équipée pour protéger les civils, et qu’elle mette tout en œuvre pour que l'aide atteigne les populations touchées.

Pour plus d’informations ou pour interviewer Sébastien Pennes (français), directeur adjoint de CARE en RDC, merci de contacter :

Alexandra Banget-Mossaz (Paris)

banget-mossaz@carefrance.org

01 53 19 89 92

Melanie Brooks (Genève)

brooks@careinternational.org

+41.795.903.047

CARE est une association de solidarité internationale non confessionnelle et apolitique, reconnue d’utilité publique. Depuis plus de 60 ans, CARE aide et rend autonomes les plus démunis tout en protégeant leurs droits économiques et sociaux, s’attaquant à toutes les causes de la pauvreté, en menant des programmes de microfinance, d’éducation, de lutte contre le Sida, de sécurité alimentaire, d’accès à l’eau… En 2007, CARE est intervenu dans près de 70 pays auprès de 66 millions de personnes. Présent en RDC depuis 2002, CARE mène des programmes de santé et de nutrition, de protection de l'environnement, et de bonne gouvernance.