18 novembre 2008

L’arrivée de l’hiver menace l’Afghanistan, déjà touché par la sécheresse et l’insécurité.

© CARE / Jason Sangster

CARE tire la sonnette d’alarme : l’arrivée prochaine de l’hiver va certainement aggraver la situation humanitaire en Afghanistan, alors que les efforts mis en œuvre pour combattre la sécheresse sont déjà paralysés par l’insécurité, amplifiant ainsi la pénurie alimentaire.

« Cette année, les attaques contre le personnel des Nations Unies et contre les travailleurs humanitaires se sont multipliées », affirme Lex Kassenberg, directeur de CARE en Afghanistan. En effet, rien qu’entre les mois de janvier et de septembre 2008, 29 membres d’ONG ont été tués et 78 autres kidnappés. « L’accès aux communautés est toujours sérieusement entravé par l’insécurité généralisée, et il devient de plus en plus difficile d’assurer leur approvisionnement. »

Aujourd’hui, ce sont environ 8,4 millions de personnes, soit un quart de la population afghane, qui souffrent d’insécurité alimentaire. Selon les travailleurs humanitaires sur le terrain, la sécheresse, l’insécurité et l’augmentation du prix des denrées alimentaires dans le nord de l’Afghanistan risquent de contraindre des milliers de personnes à quitter leur maison cet hiver.

En réponse à cette situation, CARE a mis en place des projets d’ « argent contre travail » dans la province de Balkh, au nord du pays, permettant dans un premier temps à 2 400 familles de bénéficier d’un revenu. Ainsi les communautés réhabilitent des routes, nettoient les canalisations et construisent des structures de lutte contre les inondations dans les districts de Sholgar, Charkent et Kholm.

CARE va également commencer à distribuer des semences, des engrais et du matériel agricole, afin d’aider les fermiers à rétablir leur moyens de subsistance.

« CARE applaudit la décision des Nations Unies d’ouvrir un bureau de la coordination des affaires humanitaires indépendant en Afghanistan, mais appelle à la générosité des donateurs, afin de s’assurer qu’il reçoive les fonds nécessaires », ajoute Lex Kassenberg. Environ 20 000 réfugiés pakistanais sont entrés en Afghanistan, suite aux combats à la frontière entre les deux pays, ce qui complique encore la situation.

En juillet 2008, le gouvernement afghan et les Nations Unies ont estimé à 400 millions de dollars le besoin pour l’aide d’urgence. Cependant, à la mi-septembre, le Ministère du Développement Rural indiquait que les dons reçus ne couvraient que 35 % de ce besoin.

« Nous arrivons à une période critique de l’année, explique Lex Kassenberg. Seuls davantage de moyens et une sécurité renforcée permettront d’apporter plus d’aide. Sans ces deux facteurs, plus d’Afghans encore souffriront. »

Contacts presse :

Alexandra Banget-Mossaz (Paris)

banget-mossaz@carefrance.org

01 53 19 89 92

Melanie Brooks (Genève)

brooks@careinternational.org

+41.795.903.047

Présent en Afghanistan depuis 1961, CARE mène des programmes d’éducation pour les filles dans les zones rurales et des programmes pour l’autonomie des veuves à Kaboul.