07 janvier 2009

Pénurie alimentaire à Gaza - CARE forcé d’interrompre ses distributions suite à l’offensive terrestre

© CARE

L'équipe d'urgence de CARE située à Gaza fait part de son inquiétude : de nombreuses distributions de biens de première nécessité - nourriture, matériel médical -, ont dû être interrompues suite à l'escalade de violence de ce week-end, entraînant une baisse alarmante des approvisionnements alimentaires et obligeant les habitants à quitter leurs maisons au milieu des bombardements, pour trouver de quoi manger.

« Les gens n’ont pas de quoi acheter à manger, et le peu de nourriture disponible s’épuise, explique Yazdan El-Amawi, directeur de l’équipe d’urgence de CARE à Gaza. Même les personnes qui ont encore assez d’argent sont terrifiées à l’idée de quitter leurs domiciles : dehors, ils sont des cibles potentielles. »

Dès le début des bombardements le 27 décembre dernier, CARE a distribué du matériel médical, des couvertures, des appareils de chauffage ainsi que des kits de première nécessité ; de plus, des fruits et légumes frais ont été apportés aux hôpitaux, aux familles et aux personnes handicapées. Cependant, depuis l’offensive terrestre du 3 janvier, la situation est trop risquée pour que les paysans puissent apportés leurs produits à CARE : la redistribution est fortement compromise. De même, les médicaments fournis par CARE sont stockés en entrepôt, les combats empêchant le personnel médical de les transporter jusqu’aux hôpitaux.

« Samedi, je me trouvais dans un centre de distribution de nourriture, continue Yazdan El-Amawi. Des centaines de personnes attendaient depuis plusieurs heures lorsque le commissariat, situé tout près du centre, a dû être évacué car il constituait une cible potentielle. Il était pénible et stressant de voir ces familles qui attendaient d’obtenir de quoi manger, tout en sachant que la zone risquait d’être touchée à tout moment.»

Les trois quarts de Gaza sont privés d’électricité, et d’après les Nations Unies, 23 boulangeries ont déjà dû fermer suite à un manque de combustible. La farine de blé se fait rare, et seulement 10 boulangeries continuent de fonctionner normalement. Il y une attente de quatre heures pour n’obtenir, au final, qu’un seul demi-pain qui se révèle être insuffisant pour nourrir une famille entière.

« Les habitants de Gaza essaient de faire durer le peu de nourriture qu’ils possèdent, mais leurs réserves s’épuisent rapidement, s’inquiète Yazdan El-Amawi. Si les combats continuent et si elle ne reçoit pas plus de nourriture et de produits d’urgence, la population ne tiendra pas une semaine de plus dans ces conditions.»

Les combats ont déjà fait plus de 500 morts du côté palestinien et cinq du côté israélien, ainsi que des centaines de blessés dont certains demeurant dans un état critique. Une fois de plus, CARE appelle toutes les parties à un cessez-le-feu immédiat, à la fin de toute violence pouvant affecter les populations civiles et à une trêve globale et permanente. CARE demande également un accès immédiat et illimité à la bande de Gaza pour pouvoir répondre aux besoins des populations.

Contacts presse :

- Juliette Seibold (Jérusalem),

+972.547797730, seibold@carewbg.org

- Melanie Brooks (Genève),

+41.795903047, brooks@careinternational.org

CARE est présent en Cisjordanie et à Gaza depuis 1948 et mène des programmes de santé reproductive et publique, d’habilitation des femmes, de développement démocratique, de formation en leadership, de développement communautaire, de conservation et de développement de la pêche, de la société civile et de renforcement des capacités.

Retrouvez ici les témoigagnes émouvant de Jawad Harb, membre de CARE qui se trouve actuellement à Gaza. (cliquez sur Témoignages du terrain)