21 janvier 2009

89 % des gazaouis affirment n’avoir reçu aucune assistance humanitaire

© CARE

Selon un sondage réalisé par CARE afin d’obtenir une première estimation de la situation humanitaire à Gaza, 89 % des personnes interrogées affirment n’avoir reçu aucune assistance depuis le début du conflit, le 27 décembre dernier. Gaza a désespérément besoin du soutien de travailleurs humanitaires. CARE International appelle à l’ouverture totale des frontières afin de permettre un réapprovisionnement de la bande de Gaza en matériel humanitaire, matériaux de reconstruction et biens de consommation.

En partenariat avec l’institut de sondage Alpha International, CARE a réalisé une enquête téléphonique de trois jours auprès de familles gazaouies concernant leurs besoins humanitaires, les approvisionnements en électricité et en eau, l’état des réseaux d’égouts, les répercutions liées au manque d’argent, de nourriture et de médicaments, l’impact psychologique du conflit chez les enfants et les conditions de vie des personnes déplacées vivant chez des familles ou des voisins. Les principaux résultats de ce sondage sont détaillés ci-dessous.

« Dès le début du conflit, CARE a apporté une aide d’urgence à la population en distribuant de la nourriture, des couvertures, des matériaux pour construire des abris, des kits d’hygiène et du matériel médical. Cependant, le sondage réalisé montre clairement que les efforts de CARE et des autres agences humanitaires sont insuffisants, a déclaré Martha Myers, directrice de CARE en Cisjordanie et à Gaza. Pour répondre aux besoins considérables de la population, les travailleurs humanitaires et le matériel doivent pouvoir entrer et sortir librement de la bande de Gaza. Le personnel médical qui a été autorisé à y accéder ces trois dernières semaines est loin d’être assez nombreux pour reconstruire Gaza. »

CARE a réalisé ce sondage pendant le conflit afin d’obtenir une estimation immédiate des besoins humanitaires à Gaza. Actuellement, CARE participe également à une évaluation menée conjointement par l’ONU et d’autres agences humanitaires.

Principaux résultats du sondage :

Accès à l’aide humanitaire 

: 89 % des personnes interrogées disent n’avoir reçu aucune aide humanitaire.

Répercutions du conflit chez les enfants

 : Presque toutes les familles interrogées (95 %) notent une grande anxiété chez les enfants : plus de la moitié d’entre eux souffrent d’énurésie nocturne (62 %), de faiblesse généralisée (64 %), de nervosité (73 %), d’une plus grande agressivité (61 %), d’insomnies (87 %), de cauchemars (79 %) et de maux de tête ou de ventre (57 %).

Personnes déplacées

 : 56 % des sondés abritent des personnes déplacées. Parmi ces 56 %, les trois quarts affirment héberger entre une et vingt personnes - principalement des membres de leurs familles, des amis ou des voisins. Dans 42 % des cas, c’est la destruction partielle ou totale des habitations qui a conduit les personnes déplacées à quitter leurs logements.

Accès aux soins médicaux de base 

: 56 % des personnes interrogées éprouvent des difficultés à obtenir des médicaments de base tels que des antibiotiques et des médicaments contre la fièvre, le diabète ou l’hypertension. Parmi ces personnes, 59 % ont noté des complications et une détérioration de leur état de santé dues au manque de médicaments. La moitié des sondés estime ne pas être en mesure de se rendre à un établissement médical en cas de besoin. (NB : Un tiers de ces personnes a été contacté avant la mise en place du cessez le feu.)

Eau et assainissement

 : Pour environ un tiers des familles, l’eau constituait la principale préoccupation et 71 % des sondés affirment avoir des problèmes au niveau de l’accès à l’eau ou de sa qualité (prix élevé, réseaux endommagés, camions-citernes non disponibles, etc.). De plus, 47 % des personnes interrogées disent qu’il n’y a pas de ramassage d’ordures dans leurs quartiers et la majorité (67 %) des sondés avoue jeter ses ordures dans la rue, ce qui augmente les risques sanitaires.

Électricité

 : Bien que l’électricité soit en train d’être rétablie dans certaines zones de la bande de Gaza, 86 % des personnes sollicitées subissent des coupures de courant régulières ou permanentes.

Sécurité alimentaire 

: 86 % des personnes contactées n’ont pas suffisamment d’argent pour acheter de quoi manger. Pour la moitié (50 %) de ces personnes, la nourriture reste le principal problème et 84 % éprouvent des difficultés à en trouver. Leur solution consiste donc à réduire leur consommation ou à se contenter d’aliments moins nourrissants. Les produits alimentaires les plus demandés sont la farine, le pain, le sucre, le riz, la viande et les aliments pour enfants.

Note méthodologique : Un échantillon de 525 personnes vivant dans la bande de Gaza et âgées de 18 ans et plus a été utilisé pour ce sondage. Les données ont été collectées entre le 17 et le 19 janvier. Les sondés ont été sélectionnés dans l’annuaire palestinien par échantillonnage aléatoire stratifié, à partir un échantillon plus large de 150 000 numéro de téléphone, pour la plupart des lignes de terre. Les résultats correspondent aux réponses des personnes disposant de lignes téléphonique en bon état de fonctionnement. La marge d’erreur est de 4,3 %.

Contacts presse :

Juliette Seibold

(Jerusalem - Francophone)

+972.547797730, seibold@carewbg.org

Melanie Brooks

(Jerusalem - Francophone)

+972.547797719,+41.795.903.047, brooks@careinternational.org

CARE est l'une des agences d'aide humanitaire les plus importantes au monde, apportant son soutien dans près de 70 pays. CARE intervient en Israël, en Cisjordanie et à Gaza depuis 1948, en mettant en œuvre des programmes de sécurité alimentaire, santé et eau, soutien aux groupes de la société civile, et distribution de produits alimentaires frais. Depuis le début des conflits le 27 décembre 2008, CARE a livré des produits frais, du matériel médical, des appareils de chauffage, des couvertures et bâches en plastique aux hôpitaux, aux familles et aux centres alimentaires de Gaza.

 

ALPHA INTERNATIONAL est un institut de recherche privé et indépendant, spécialisé dans l’estimation, le suivi et l’évaluation des besoins ainsi que la réalisation de sondages. Alpha a conçu et mis en place de nombreuses enquêtes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour des organisations locales et internationales. Les méthodes utilisées pour réaliser les estimations et évaluations sont à la fois qualitatives et quantitatives.