29 janvier 2009
© CARE

Depuis le mois de septembre 2008, la région du sud malgache est confrontée à une situation alarmante. La sécheresse frappe deux zones en particulier, la zone littorale (Analapatsy, Andranobory et Antanandava) et la zone intermédiaire (Ankaniera, Ifotaka et Ambatoabo) qui font face à de graves difficultés alimentaires.

La population de cette région vit dans une situation d’extrême pauvreté. Cela fait 5 mois qu’il n’a pas plu, les semis ont été reportés en permanence par les agriculteurs, les cultures en place souffrent et les chances de récolte sont quasi-nulles. A ce jour, la récolte de la saison dernière a été consommée en totalité. Les effets se font ressentir : le prix du seau d’eau a déjà triplé.
Sur le plan nutritionnel et sanitaire, surtout au niveau des populations les plus vulnérables (femmes enceintes, allaitantes, enfants), les indicateurs virent au rouge. Dans la région, 30 % des enfants de moins de 5 ans sont en état de malnutrition.

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a d’ores et déjà mis à disposition de CARE 300 tonnes de nourriture stockées à Fort-Dauphin (riz, haricot, huile). CARE souhaite les distribuer sans plus attendre à la population affectée par la sécheresse. Mais la région en question est très isolée et difficilement accessible : il n’y a pas de routes, seulement des pistes défoncées. L’acheminement par camion est impossible. Il faudra faire plusieurs voyages à l’aide de véhicules de plus petites tailles et  recruter et organiser de nombreuses équipes pour effectuer les distributions.

La distribution des vivres se fera sous la forme d’un programme Vivre Contre Travail. Cette formule est très appréciée et sollicitée par la population car elle est mieux assumée. Elle assure un meilleur respect de la dignité des bénéficiaires. Le principe : un individu obtient 13,5 kg de vivres permettant de subvenir aux besoins de sa famille pendant une semaine, contre 5 jours de travail hebdomadaire. Le travail demandé consiste en la réalisation de travaux de réhabilitation et/ou la construction d’infrastructures dans le but d’améliorer à long terme la situation socio-économique des villages concernés et de favoriser le désenclavement de la région. C’est un programme qui, grâce à un échange de travail contre nourriture, permet à la population de rester indépendante et digne.

CARE recherche donc un soutien financier pour acheminer, stocker et distribuer la nourriture dans les zones atteintes par la disette. N’attendons pas que la situation s’aggrave, il faut agir dès à présent. Vous pouvez soutenir l’action de CARE en faisant un don en ligne.