05 mars 2009

Soudan : représailles du gouvernement contre les ONG. Quelles conséquences pour les populations ?

Mercredi 4 mars, comme plusieurs autres ONG, CARE a reçu une lettre adressée par le gouvernement soudanais, révoquant son autorisation à travailler dans le pays. CARE évalue actuellement le million et demi de personnes qui bénéficient de nourriture, d’eau, de soins médicaux, ainsi que d’accès à l’eau et aux moyens de subsistance grâce à CARE.

Présent au Soudan depuis 28 ans, CARE mène des projets d’urgence et de développement au nord et au sud de Kordofan et de Khartoum : agriculture, assainissement, approvisionnement en eau, développement de moyens de subsistance, éducation et santé. Ces six dernières années, CARE a mis en œuvre des programmes d’assistance humanitaire d’urgence au Darfour et dans les régions frontalières du Tchad. L’équipe de CARE au Soudan compte plus de 650 personnes, pour la plupart des Soudanais, et seulement 30 expatriés qui travaillent dans les camps de déplacés et les zones rurales. Le siège, situé à Khartoum, supervise 13 bureaux répartis dans le nord du pays. Le Soudan représente l’une des plus importantes zones opérationnelles de CARE dans cette région de l’Afrique.

Nos priorités demeurent les mêmes : un accès humanitaire total à la région ainsi qu’une juste résolution du conflit qui permettrait aux populations de vivre en paix.

 

Contacts presse :

Alexandra Banget-Mossaz (Paris)

banget-mossaz@carefrance.org

01 53 19 89 92

Lurma Rackley (Atlanta)

lrackley@care.org

+1 404-979-9450