26 mai 2009

Sri Lanka : Les ONGs appellent le gouvernement à lever les restrictions d’accès aux camps de déplacés.

Au Sri Lanka, 14 ONGs* dénoncent les restrictions d’accès des équipes et des véhicules humanitaires venant en aide aux populations déplacées, mettant ainsi en danger des milliers de vies.

En raison de ces restrictions, les ONGs ne sont pas en mesure d’apporter l’aide appropriée aux populations qui ne dépendent quasiment que de celle-ci, notamment l’eau et la nourriture.

David White, directeur d’Oxfam au Sri Lanka, rend compte de la situation : « Au Sri Lanka, les camps sont immenses : ils s’étendent sur 5 km² et il faut environ une heure pour les traverser. Sans véhicule, nous ne pouvons pas faire notre travail correctement, et cela met des vies en danger. »

« Des milliers de personnes arrivent des zones de combats dans un état très faible. Nous nous faisons beaucoup de souci pour leur santé, et plus particulièrement encore pour celle des jeunes enfants et des personnes âgées. Interdir aux ONGs l’accès aux camps ne fait qu’aggraver la situation. »

« Nous demandons au gouvernement sri lankais de respecter les principes qu’il a conclus avec la communauté humanitaire, et de nous laisser faire notre travail correctement. »

Alors même que Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, vient de visiter les camps, les ONGs continuent d’appeler Colombo à faciliter l’accès aux camps et faire tomber les restrictions mises en place depuis une dizaine de jours.

Chaque jour, des personnes traumatisées affluant depuis la zone de conflit viennent remplir les camps de déplacés. On en compte déjà 270 000, et l’armée a déclaré aux ONGs qu’elles pouvaient s’attendre à en voir arriver encore 50 000 dans les prochains jours. Ces derniers arrivants sont les personnes qui étaient retenues par les rebelles tamouls dans la zone de conflit, jusqu’à leur défaite il y a dix jours.

* Oxfam, ASB/Solidar, Acted, Danish Refugee Council, ZOA Refugee Care, Forut, UMCOR, Relief International, Handicap International, Save the Children, Welthungerhilfe, CARE World Vision, Medical Teams International.