07 juillet 2009

Sommet du G8 - CARE demande aux pays du G8 de tenir leurs engagements.

Du 8 au 10 juillet, le G8 se tiendra à L’Aquila en Italie. Parmi les sujets portés à l’agenda : la poursuite du dialogue avec les pays émergents, la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement, les négociations sur le changement climatique, le développement de l’Afrique autour de 4 enjeux (sécurité alimentaire, santé globale, eau, éducation).

Comme chaque année, le Président de la République, en amont du G8, reçoit les dirigeants des plus importantes ONG françaises. « Je me réjouis de cette concertation, déclare Philippe Lévêque, Directeur de CARE France. Ce qui importe le plus, c’est le respect des très nombreux engagements passés et jamais tenus. Nous souhaitons que le G8 publie un calendrier contraignant de ses engagements. »

Lors de cette rencontre, Philippe Lévêque présentera au Président de la République les priorités de CARE, parmi lesquelles :

La réalisation des objectifs du millénaire pour le développement selon les engagements pris aux précédents sommets du G8.

Les pays du G8 n’ont pas tenu leurs engagements en faveur de l’Afrique pris aux sommets d’Evian et de Gleneagles en 2003 et 2005. Les participants s’étaient engagés à doubler l’aide à l’Afrique et à augmenter l’aide publique au développement de 50 milliards de dollars par an. Il est impératif que ces engagements soient respectés, en particulier au moment où la crise économique et financière actuelle menace directement les plus pauvres des pays du Sud. Il est désormais clair que les Objectifs du Millénaire ne seront pas atteints en Afrique. CARE presse les pays du G8 de tenir enfin leurs promesses répétées, et demande notamment à la France de publier son calendrier pour porter le niveau de l’aide publique au développement à 0,7 % du RNB en 2015.

La lutte contre le changement climatique.

CARE est un des membres signataires de la campagne « Ultimatum Climatique » et de l’appel adressé au Président de la République par un groupe de grandes ONG françaises de défense de l’environnement et des droits de l’homme, ainsi que de développement et d’urgence.

CARE soutient l’objectif de limitation de l’accroissement de la température moyenne à +2° C à travers une réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les principaux pays émetteurs d’au moins 40 % par rapport aux niveaux de 1990.

CARE réclame aussi des transferts de technologie et des financements substantiels pour les projets d’atténuation et d’adaptation dans les pays les plus pauvres.

S’agissant des projets de reboisement et de déforestation évitée, CARE promeut un modèle qui intègre la composante humaine et sociale en reconnaissant le rôle central des communautés pour protéger leur environnement, faire valoir leurs droits et assurer leur développement économique.

La sécurité alimentaire sur le long terme.

Selon la FAO, la barre du milliard de personnes qui souffrent de la faim dans le monde est franchie. CARE demande que non seulement la réforme des mécanismes institutionnels internationaux chargés de l’aide alimentaire s’accélère, mais aussi que la France y contribue financièrement d’une manière innovante et significative. CARE soutient la proposition faite par Bernard Kouchner de mettre en place une taxe sur les transactions de change. La proposition de prélever 0,005 % de ces flux permettrait de lever de 30 à 60 milliards €/an, que CARE propose d’allouer à la lutte contre la faim et pour un développement agricole durable et inclusif dans un monde en plein boom démographique.

Contact presse :

Alexandra Banget-Mossaz

Tél : +33 1 53 19 89 92

Mail : banget-mossaz@carefrance.org

> Télécharger le communiqué de presse