11 août 2009

RDC : CARE demande aux Nations unies d’agir pour que cessent les viols dans les zones de conflits.

© CARE / Kate Holt

Le 7 août, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est entretenu sur la mise en application de la résolution 1820 pour mettre fin aux actes de violence sexuelle et traiter la violence sexiste contre les femmes. CARE a exposé 15 mesures concrètes et immédiates aux Nations unies pour faire cesser ces abominations en période de conflit armé.

«En juin 2008, les Nations unies ont adopté la résolution 1820 du Conseil de sécurité. Mais à ce jour, les efforts ont été insuffisants et bien souvent inefficaces, » dit Janet Meyers, Conseillère technique de CARE pour les programmes d’urgence de santé reproductrice et sexuelle.

« Le viol répété des femmes lors de chaque attaque en RDC est un scandale. Les membres de la communauté et les organisations humanitaires ont revendiqué une action et une aide d’urgence pour mettre fin à cette violence depuis des années déjà, » explique Janet Meyers.

Malheureusement, la protection et le soutien apportés aux survivants de violence sexuelle sont souvent inadaptés. Une violence constante, la pauvreté et les aprioris sociaux limitent l’accès aux services de l’aide humanitaire et à la justice pour les victimes. Jusqu’à présent, les discussions des Nations unies ont essentiellement porté sur des problématiques importantes telles l’impunité et la sécurité mais ont négligé celle des les droits des survivants conformément au droit international humanitaire notamment en en matière de santé et de sécurité.

A travers les projets menés dans les zones de conflits dans le monde entier, CARE et ses experts ont exposé 15 mesures que les Nations unies doivent appliquer pour mettre fin aux violences sexuelles en période de conflit, dont notamment :

- Une meilleure coordination

: CARE demande la nomination d’un représentant spécial qui dépendrait du Secrétaire général des Nations unies pour les femmes, la paix et la sécurité afin de faciliter la coordination de l’ensemble des systèmes de réponse en matière de violences sexuelles lors de conflit armé.

- Un meilleur accès à l’aide humanitaire : les soins sanitaires et psychologiques de base doivent être dispensés pour les femmes, les hommes et les enfants victimes de viol. Cette aide est primordiale pour atteindre les objectifs de prévention et de réponse figurant dans la résolution 1820.

- Une meilleure prévention

: les femmes doivent être davantage représentées au sein de l’armée, de la police et du personnel des Nations unies. Favoriser une prolongation du mandat et de la formation des casques bleus est nécessaire pour maintenir la sécurité à l’intérieur des camps de déplacés. S’attaquer aux causes sous-jacentes des actes de violence sexuelle et traiter la violence sexiste en s’opposant aux normes et pratiques liées au sexe est impératif pour enfin appliquer la résolution 1820 du Conseil de sécurité de Nations unies ainsi que la résolution 1325 d’octobre 2000.

- Une meilleure collecte d’information

: une information fiable est capitale pour aborder les problèmes de violence sexuelle et mettre fin à l’impunité, seulement l’expérience démontre que les informations les plus fiables sont collectées en apportant un aide humanitaire solide et confidentielle aux victimes.

« Les 15 mesures concrètes constituent une réelle urgence pour, permettre un accès continu à l’aide humanitaire ainsi qu’à des services médicaux appropriés et sur le long terme, des soins psychologiques pour les survivants, leurs familles et leurs communautés pour ensuite poursuivre les auteurs de ces crimes, » explique Janet Meyers. « L’histoire se répète et le viol est utilisé comme une véritable arme de guerre. Tout ceci doit cesser. En considérant ces 15 mesures, nous pouvons faire une vraie différence dans les vies des femmes, des enfants et des hommes dans les conflits dans le monde ».

Contacts presse :

Melanie Brooks (Genève)

Tél: +41 79 590 30 47

Mail: brooks@careinternational.org

Kate Hunt (New York)

Tél: +1 917 332 8115

Mail: hunt@ny.care.org