15 octobre 2009

Article du journal "Le Parisien" du 14 octobre : réaction de CARE.

CARE France est agréé par le Comité de la Charte et membre de France Générosités. CARE s'associe à la position de ces organisations.

Le Comité de la Charte rappelle les précautions à prendre avant de donner.

A la suite de l'article paru dans le journal Le Parisien du mercredi 14 octobre 2009, le Comité de la Charte tient à rappeler aux donateurs et au public que les organisations visées ne sont pas agréées par le Comité et que les associations et fondations, en général, font un travail admirable grâce à leurs donateurs et avec leurs bénévoles et dirigeants.

Le public peut donc continuer à donner en confiance.

Pour savoir à qui donner précisément, il doit :

  • Choisir la ou les causes qu'il souhaite soutenir;
  • Vérifier par Internet ou leur écrire pour savoir :
  1. Qui dirige ?
  2. Y-a-t-il un siège en France ?
  3. Est-ce qu'il existe un rapport annuel et est-ce qu'il est compréhensible?
  4. L'organisation est-elle agréée par le Comité de la Charte ?
  5. Si vous avez déjà donné, avez-vous reçu un compte rendu d'activité?

Le Comité agrée aujourd'hui 60 organisations. Seules celles-ci peuvent utiliser la marque d'agrément du Comité

Réaction de France générosités à la publication de l'article « Associations caritatives :des millions d'euros détournés » publié dans le quotidien Le Parisien

Suite à la publication de l'article « Révélations : des millions d'euros détournés » par des associations caritatives étrangères, publié dans le quotidien Le Parisien de ce jour, France générosités tient à rappeler qu'une enquête est en cours et que c'est à la lumière de ses conclusions que nous serons en mesure de nous exprimer en toute connaissance de  cause .

Précisons également qu'aucune association citée n'est membre de France générosités.

Nous tenons à rappeler que les grandes associations et fondations françaises offrent toutes les garanties de transparence à leurs donateurs :

  • Elles ont l'obligation de faire valider leurs comptes financiers par un commissaire aux comptes, et de les communiquer à tous ceux qui en font la demande.
  • Nombre d'entre elles ont été contrôlées par la Cour des Comptes, l'IGAS et autres contrôleurs publics ; ces rapports positifs pour leur grande majorité, sont à la disposition de tous sur les sites Internet de ces organismes 
  • Qui plus est, une majorité d'entre elles se soumettent à des contrôles volontaires tels que ceux du Comité de la Charte, du Bureau Veritas Certification France etc..

Nous encourageons toutes les personnes sollicités par des organisations qu'elles ne connaissent pas à se montrer vigilantes et à privilégier des associations et fondations qui présentent toutes les garanties de sérieux et de transparence dont elles  peuvent juger facilement en consultant leurs documents d'information.

L'information judiciaire en cours , aussi médiatisée  soit-elle, ne doit pas remettre en cause la confiance des français dans leurs associations et fondations qui jamais ne les ont déçus.