14 juin 2010

Watchlist on Children and Armed Conflict interpelle le gouvernement afghan et ses alliés internationaux sur les besoins urgents des enfants en Afghanistan.

Watchlist on Children and Armed Conflict

© Watchlist

« De nombreuses familles afghanes n’osent pas laisser leurs enfants sortir, car ils sont trop souvent les victimes innocentes d’attaques suicides et autres violences. Les enfants ne peuvent profiter des services de santé ou d’éducation auxquels tous les enfants ont droit », s’indigne Fazel Jalil, directeur adjoint en Afghanistan de Save the Children. « Les enfants afghans vivent un véritable traumatisme. Le gouvernement afghan et ses partenaires doivent assumer leurs responsabilités et les protéger. »

En vue du débat annuel des Nations Unies sur les enfants et les conflits armés, le rapport de 60 pages « Fixer les vraies priorités : protéger les enfants victimes des conflits armés en Afghanistan, » souligne les conséquences de l’accès limité des organisations humanitaires et l’échec des décisions prises au niveau national et international prenant en compte les besoins des enfants. Comme le démontre le rapport ci-joint, les enfants afghans subissent la guerre de plein fouet. En 2009, plus de 1000 enfants ont été tués lors de frappes aériennes, de raids nocturnes, d’attaques-suicides, ou par des mines terrestres et autres explosifs. Au cours de la même année, les Nations Unies en Afghanistan ont enregistré le plus grand nombre d’attaques contre le système éducatif dans le monde entier, visant notamment les écoles, les étudiants (en majorité des filles) et les professeurs.

Le rapport évoque également les meurtres et atteintes physiques à l’intégrité des enfants, les déplacements forcés, les attaques contre les écoles, les viols et les violences sexuelles, le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats, les mines terrestres, les explosifs et autres violations.

« Placer les besoins des enfants au tout premier plan et amener devant la justice ceux qui se rendent coupables de crimes envers les enfants doivent être au cœur des stratégies de résolution des conflits en Afghanistan », revendique Eva Smets, directrice de Watchlist on Children and Armed Conflict. « Le succès de nos efforts de paix en Afghanistan réside dans notre capacité à protéger les enfants de ce pays : nous devons nous fixer les vraies priorités ! »

The Watchlist on Children and Armed Conflict s’efforce de mettre fin aux violations à l’encontre des enfants dans les conflits armés et de garantir leurs droits. En tant que réseau mondial, Watchlist établit des partenariats avec des organisations non-gouvernementales au niveau local, national et international, tout en renforçant les capacités et les responsabilités mutuelles. Grâce à cette collaboration, Watchlist collecte et diffuse de façon stratégique des informations sur les violations contre les enfants dans les conflits afin d’influencer les décideurs politiques pour créer et mettre en application des programmes et des politiques qui protègent les enfants de façon efficace.

CARE est l’un des plus grands réseaux humanitaires mondiaux, apolitique et non confessionnel. En particulier, CARE mène des projets pour et avec les femmes, premières victimes de la pauvreté dans le monde. Chaque année, CARE vient en aide à près de 55 Millions de personnes dans plus de 70 pays. Dans les situations de réponses à l’urgence ou dans des contextes d’aide à long terme, CARE s’attaque aux causes profondes de la pauvreté pour un développement durable, notamment en menant des programmes de microfinance, d’éducation, de lutte contre le Sida, de sécurité alimentaire, d’accès à l’eau potable… Le succès et la pérennité des actions de CARE reposent sur l’implication des communautés bénéficiaires à toutes les étapes de la mise en œuvre du projet et là encore, le rôle des femmes est essentiel.

« CARE France a choisi de relayer ce rapport parce qu’au-delà de notre action sur le terrain, la mobilisation de tous est nécessaire pour mettre un terme à ces violations quotidiennes et impunies des droits des enfants afghans », dit Philippe Lévêque, directeur général de CARE France.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le rapport complet en anglais

Télécharger le résumé du rapport en français

 

Contact presse :

Alexandra Banget-Mossaz

Tél : 01 53 19 89 92 / 06 78 30 99 36

Mail : banget-mossaz@carefrance.org