16 septembre 2010

20-22 septembre : sommet de l’ONU sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Les ONG exhortent des Chefs d’Etats d’agir. Le temps presse !

© Billy Howard / CARE

En 2000, les Chefs d’Etat de la planète avaient promis de réduire la pauvreté des pays en développement en s’engageant à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). De tous les OMD, les objectifs 4 et 5, portant sur l’amélioration de la santé maternelle et infantile, sont les moins avancés.

Alors qu’a débuté la dernière ligne droite, il est impératif que les gouvernements des pays donateurs et en développement prennent des mesures radicales. La Stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants, lancée par le Secrétaire Général des Nations Unies en août 2010, demande instamment aux gouvernements d’assumer leur rôle quant à l’amélioration de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (SMNE) au cours des cinq prochaines années. Non seulement investir davantage dans les services de santé permettra de sauver des vies, mais des populations en bonnes santé sont la condition nécessaire à des économies saines et prospères pour l’avenir.

CARE et 8 autres ONG exhortent les gouvernements du monde entier à assumer leur responsabilité en prenant des engagements forts et les nouvelles approches nécessaires pour faire progresser la santé maternelle et infantile. Chaque année, des millions de femmes et d’enfants meurent pour des raisons qui pourraient être évitées. Il appartient aux gouvernements des pays donateurs comme aux gouvernements des pays en développement de soutenir les interventions nécessaires à la réalisation des engagements planétaires d’une manière totalement responsable et transparente.

Lors de la réunion organisée par le Secrétaire Général des Nations Unies à New York le 22 septembre 2010, NOUS EXHORTONS LES GOUVERNEMENTS DES PAYS DONATEURS ET EN DEVELOPPEMENT A :

1      

Tenir de nouveaux engagements financiers pour la mise en place de plans de santé maternelle, néonatale et infantile : les pays donateurs comme les pays en développement doivent engager des financements supplémentaires pour les programmes SMNE et les systèmes de santé pour accélérer les progrès et réaliser les OMD 4 et 5 d’ici à 2015. Les engagements financiers doivent venir s’ajouter dépenses en cours et aux engagements existants. Chaque pays devrait contribuer en fonction de ses moyens.

2      

Se concentrer sur les mères, les nouveau-nés et les enfants tout au long du processus de soins comprenant l’accès amélioré aux services de santé reproductive globale et la planification familiale volontaire. Parmi les éléments clés on trouve les services de santé reproductive, les soins anténataux de qualité, un accompagnement qualifiés pendant l’accouchement (y compris les soins d’urgence en cas de complications), les soins néonataux et postnataux, le traitement des maladies infantiles (comme la pneumonie, la malaria et la diarrhée) et l’immunisation.

3      

S’attaquer aux inégalités dans l’accès aux soins et à la santé pour les femmes, les nouveau-nés et les enfants, en supprimant par exemple les frais à la charge du patient. Tous les gouvernements devront rediriger leurs efforts pour abolir ces barrières qui empêchent les femmes et les enfants d’avoir accès aux services d’urgence et aux cabinets médicaux indispensables. Les gouvernements doivent permettre aux femmes les plus marginalisées et les plus démunies d’avoir accès aux soins de santé en s’attaquant aux causes sous-jacentes de l’inégalité grâce à l’engagement de la communauté dans de nouveaux systèmes de santé nationaux.

4      

Pallier le manque de personnel de santé : améliorer l’accès aux professionnels qualifiés de la santé, comme les sages-femmes, les aides-soignants qualifiés et les infirmières tout au long du processus de soins. Les gouvernements devront s’engager sur des objectifs financiers pour recruter, éduquer, former et conserver le personnel supplémentaire de santé afin de combler le manque de 3,5 millions d’agents sanitaires.

5      

Financer et mettre en place des plans nationaux de nutrition pour répondre à la malnutrition grâce à des dispositifs ayant fait leurs preuves en combinant les interventions directes et indirectes, telles que transferts en numéraires à des fins sociales, soutien de programmes d’allaitement et d’alimentation complémentaires, aux aliments enrichis et aux micronutriments.

L’action des gouvernements dans les cinq prochaines années est essentielle pour accélérer les progrès de réalisation des OMD 4 et 5 à l’horizon 2015. Les gouvernements des pays donateurs comme des pays en développement doivent mettre en place des plans durables pour réaliser ces objectifs en posant des jalons décisifs au cours des cinq années qui viennent.

Les gouvernements du monde entier doivent jouer leur rôle pour mettre fin à la mortalité évitable des mères, des nouveau-nés et des enfants. Il est plus que temps.

Contact presse :

CARE France : Alexandra Banget-Mossaz

Tél : 01 53 19 89 92 / 06 78 30 99 36

Email : banget-mossaz@carefrance.org

Communiqué de presse conjoint avec Oxfam, Save the Children, World Federation of Societies of Anaesthesiologists (WFSA), International Pediatric Association (IPA), International Confederation of Midwives, The White Ribbon Alliance for Safe Motherhood, International Federation of Gynecology & Obstetrics (FIGO), Council of International Neonatal Nurses (COINN)

.

>Télécharger le communiqué de presse