24 septembre 2010

Sommet des OMD à New York : fin des discussions, place à l’action !

Suite au Sommet des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui a eu lieu cette semaine à New York, CARE appelle la communauté internationale à continuer sur cette lancée et à concrétiser ses promesses.

Après des mois de négociations, les États se sont accordés sur un document final contenant des recommandations spécifiques pour se rapprocher des OMD. Bien que celui-ci ne contienne pas d’engagements précis en termes de financement, il demande l’élaboration de rapports de situation annuels et la tenue d’un autre sommet extraordinaire sur les OMD en 2013.

« Pour les personnes qui vivent chaque jour dans la pauvreté et luttent pour trouver de quoi manger, 2015 c’est demain. Elles sont en droit de se demander si leur vie aura changé dans cinq ans », souligne Robert Glasser, secrétaire général de CARE. « Nous avons des raisons d’y croire mais il est de notre responsabilité de demander des comptes aux gouvernements et de nous assurer que ces promesses ne restent pas que des mots sur du papier. Devoir rendre des comptes chaque année contribuera à responsabiliser les Etats donateurs mais nous ne devons pas oublier que le combat pour atteindre les OMD ne se mène pas une seule fois par an ou lors d’un sommet extraordinaire : il a lieu chaque jour dans les communautés pauvres du monde entier. »

Pour le moment, les perspectives à l’issue du sommet sont raisonnablement optimistes. CARE s’est fortement impliquée dans le processus ayant conduit à l’organisation du sommet et a notamment participé activement à l’élaboration de la Stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants. Hier, le Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-Moon, a annoncé que les États, les organisations humanitaires, le secteur privé et d’autres parties prenantes s’étaient engagés à verser une contribution historique de 30 milliards d’euros sur les cinq prochaines années afin d’atteindre plus rapidement les OMD 4 et 5 sur la santé maternelle et infantile, les deux objectifs accusant le plus grand retard. Les ONG ont promis d’investir plus de 3,75 milliards d’euros, CARE en fera évidemment partie.

« C’est un formidable exemple de collaboration : des États, des organisations humanitaires, des fondations et des sociétés privées s’associant pour améliorer les conditions de vie de millions de femmes et d’enfants à travers le monde », se réjouit Robert Glasser. « Nous encourageons les dirigeants mondiaux, présents au sommet, à ne pas attendre : dès leur retour dans leur pays, ils doivent créer un groupe de travail avec des membres de la société civile, afin de concrétiser ces engagements. »

À l’issue du sommet, des actions urgentes restent à entreprendre. Ainsi CARE continuera à inciter la communauté internationale à :

-        accorder plus d’attention aux personnes en situation d’extrême pauvreté ainsi qu’aux populations et individus les plus vulnérables ;

-        tenir compte de la problématique hommes-femmes et promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ;

-        refléter une large implication de la population, y compris des communautés et des personnes ciblées par les interventions.

Par ailleurs, l’atteinte des OMD ne se joue pas qu’au sein des Nations unies. La collaboration sans précédent qui lie actuellement les États membres de l’ONU, des organisations humanitaires telles que CARE et le secteur privé est fondamental pour y parvenir. Cette collaboration permet aussi de s’assurer que les engagements sont liés, que les actions ne sont pas redondantes mais complémentaires et que les progrès sont mesurés de façon efficace.

« Cette semaine nous a rappelé que les OMD peuvent être atteints si nous mettons notre énergie et nos ressources au service d’un but commun », affirme Robert Glasser. « Mais elle nous a aussi rappelé que le temps presse. Il ne nous reste que cinq ans. »

Contacts presse :

Alexandra Banget-Mossaz (Paris) – tél : +33 1 53 19 89 92 ; e-mail : banget-mossaz@carefrance.org

Melanie Brooks (Genève) – tél : +41 79 590 30 47 ; e-mail : brooks@careinternational.org

> Télécharger le communiqué de presse