15 octobre 2010

16 octobre 2010 : Journée mondiale contre la faim. Focus sur le Niger où la crise alimentaire frappe la moitié de la population.

© Kathryn Richards / CARE

Depuis le début de l’année, ce sont plus de 7 millions de Nigériens qui subissent de plein fouet la crise alimentaire. L’insuffisance des pluies, qui ont commencé tard et fini tôt cette année au Niger, a provoqué une chute d’un tiers de la production agricole ainsi qu’une nette insuffisance de la production de fourrage pour le bétail, particulièrement dans les régions de Diffa, Maradi et Tahoua. Le manque d’eau affecte gravement la santé du bétail amenuisant de fait les sources de revenus des pasteurs de la région. Par exemple, dans la région de Tahoua, 35% du bétail est déjà perdu et les animaux restant se vendent à peine à 3% de leur valeur habituelle.
La période de soudure (phase de pénurie, normalement d’avril à septembre) a débuté de façon extrêmement précoce et les populations ont du adopter dès le mois de février des stratégies de survie extrême : réduction du nombre de repas et des rations alimentaires, consommation de baies amères, mobilité extraordinaire du bétail…

Les conséquences sont dramatiques, notamment pour les enfants : la situation nutritionnelle des moins de 5 ans s’est considérablement détériorée sur l’ensemble du pays : le taux de malnutrition aiguë s’élève à 17 %, dépassant alors le seuil d’urgence de 15% défini par l’Organisation Mondiale de la Santé.

CARE intervient auprès des éleveurs, particulièrement dans la région de Diffa, au sud est du pays. Cela passe notamment par la distribution d’alimentation pour le bétail et la constitution de stocks céréaliers pour les pasteurs partis en transhumance. En parallèle, CARE distribue directement des vivres aux populations les plus vulnérables (enfants et personnes âgées).

« Omarou Moumouni a perdu un tiers de son cheptel dans le nord et sur le chemin du retour. Mais l’arrivée au village, quitté quelques mois plus tôt, n’a pas été une délivrance. Sans pâturage disponible, encore un tiers de son troupeau initial est mort ici, à N’Guelbely. Dans la région de Diffa, 80% du cheptel aurait été décimé. Il y a quelques semaines, Omarou a reçu des aliments pour bétail distribués par CARE dans toute la zone. Ces 150 kg vont lui permettre de tenir un peu plus longtemps, jusqu’à l’arrivée prochaine de la pluie. »

> Lire l’intégralité du témoignage.

Les besoins sont encore considérables. Soutenez CARE France pour venir en aide aux populations nigériennes. Faites un don en faveur de nos interventions d’urgence.