26 octobre 2010
© CARE

Le choléra, qui est apparu dans un premier temps en Artibonite, risque fortement de se propager dans d’autres régions. Des cas de choléra ont été identifiés à Port-au-Prince, sans pour autant constituer une propagation de l'épidémie, ne s'agissant pas d'un nouveau foyer d'infection.

Dans le cadre de ses programmes de santé à Port-au-Prince et alentours en réponse au séisme de janvier dernier, CARE distribue des pastilles de purification d’eau, des sels de réhydratation orale et du matériel d’hygiène.

Le choléra est une maladie hydrique causant des diarrhées liquides abondantes, ce qui facilite une propagation très rapide de la maladie. Plus de 50% des personnes infectées sont susceptibles d’en mourir si elles ne sont pas traitées. L’accès à l’eau potable, une bonne hygiène et un traitement rapide des personnes atteintes du choléra sont le meilleur moyen d’éviter la propagation de la maladie.

La réponse de CARE au séisme inclut des interventions de santé à Carrefour, un quartier densément peuplé de Port-au-Prince, et dans les banlieues éloignées de Léogâne. Les interventions de santé et d’hygiène actuelles de CARE concernent l’approvisionnement en eau potable des camps temporaires ; la construction, la réhabilitation et le nettoyage de latrines ; le retrait des déchets des camps dans le cadre de programmes de « cash for work » ; la promotion de l’hygiène.

Cliquer ici pour lire en détails les programmes de CARE en Haïti, suite au séisme du 12 janvier.