28 décembre 2010

Urgence alimentaire à Madagascar : la réponse de CARE.

© CARE

Suite aux pluies insuffisantes et aux vents desséchants qui persistent dans l’extrême Sud de Madagascar, une baisse significative des productions vivrières a été constatée dans les régions de l’Anosy et de l’Androy, particulièrement touchées par la sécheresse.

La situation alimentaire est inquiétante

car l’alimentation des populations est largement insuffisante tant quantitativement que qualitativement.

Depuis octobre dernier, plus de 31 communes se nourrissent déjà de manière régulière des produits de disette (cactus rouge, bonta - tamarin mélangé avec des cendres – notamment) ainsi que des produits de cueillette (cactus, tubercules sauvages).

L’état des troupeaux, des pâturages et des points d’eau se dégrade fortement partout

. Les éleveurs doivent se déplacer beaucoup plus loin pour abreuver leurs bêtes. Une surmortalité du bétail, due essentiellement à une malnutrition prolongée, a été signalée presque partout.

 

Beaucoup de ménages, faute de solvabilité, ont des difficultés croissantes d’accessibilité aux produits. Le terme de l’échange bétail-céréales a beaucoup chuté en défaveur des éleveurs. Le prix du zébu baisse et le prix du manioc, dernier rempart avant le dénuement total, monte. Dans ces conditions, de nombreux ménages ne peuvent plus se nourrir.

 

Présente à Madagascar depuis 1994, notamment dans l’extrême Sud, CARE répond à l’urgence en distribuant des semences, en construisant des infrastructures de collecte de l’eau, et en mettant place des activités de Vivres Contre Travail. A ce jour, CARE est venu en aide à plus de 60 000 personnes.

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour poursuivre notre intervention et venir en aide aux Malgaches victimes de la crise alimentaire, avant les prochaines récoltes en mars. Soutenez l'action de CARE France en faisant un don en ligne.