07 avril 2011
REUTERS / Luc Gnago

CARE intensifie son action auprès des personnes touchées par les violences faisant suite aux élections qui paralysent la Côte d’Ivoire depuis des mois.

Depuis les élections opposant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, le pays s’est enlisé dans une crise politique, et malgré certains rapports indiquant que la crise toucherait à sa fin, la lutte continue.

Une spirale de violence s’est abattue sur la région ces derniers jours, faisant près de 1300 morts. Plus de 100 000 réfugiés ont fui au Libéria et 5 000 au Ghana. Les réfugiés ont de gros besoins en termes de nourriture, d’eau potable et de services d’assainissement.


CARE intervient en Côte d’Ivoire en fournissant de l’eau et des services d’assainissement aux personnes déplacées pour réduire les risques de choléra, de typhoïde, de fièvre jaune, de malaria et d’autres maladies hydriques. CARE a distribué de l’eau pour une période de 2 semaines à plus de 2 300 familles à Duékoué et a chloré 125 puits à Man. CARE a également aidé à mettre en place des services de ramassage des ordures dans les camps de déplacés à Man et Duékoué.

CARE évalue aujourd’hui les services d’eau et d’assainissement à Korogho et Bouaké, zones dans lesquelles les personnes originaires d’Abidjan se réfugient. A Bouaké, des informations sont récoltées pour évaluer le nombre de personnes qui y transitent et leurs besoins les plus fondamentaux. CARE négocie également actuellement avec le Programme Alimentaire Mondial pour distribuer des biscuits protéinés aux personnes déplacées aux points de transit de Bouaké, entre autres.

« Les choses changent rapidement mais nous essayons de répondre aux besoins de tout le monde » explique Amadou Sayo, Coordinateur des Urgences de CARE pour l’Afrique australe et de l’Ouest.

Au Libéria, CARE est l’une des premières organisations à avoir répondu à la crise en distribuant des fournitures d’urgence telles que des kits d’hygiène à 9 000 réfugiés.
CARE a également organisé des sessions de formation à l’hygiène et réparé des puits abandonnés pour faire face à l’afflux de personnes au Libéria.
Le nombre de femmes et d’enfants réfugiés est inquiétant au regard de leur vulnérabilité aux violences sexuelles. CARE souligne l’importance d’intégrer cette dimension dans ses interventions d’urgence, et recherche des fonds pour étendre ses actions.

Pour soutenir les actions de CARE, faites un don.

Crédit photo : REUTERS / Ho News