06 mai 2011

Patrick de Carolis en mission au Bénin avec CARE France !

© Jean-Michel TURPIN pour TV Magazine

Administrateur bénévole de CARE France depuis 2004, Patrick de Carolis vient de réaliser sa première mission en Afrique pour l'association. Une équipe de TV Magazine l'a suivi dans sa découverte du Bénin, au contact des populations et des réalités locales.

Interview intégrale disponible ici : http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/article/people/61477/patrick-de-carolis-en-mission-au-benin.html

Patrick de Carolis, vous soutenez CARE France depuis plusieurs années et le Bénin est votre première mission sur le terrain. Votre impression ?

Je suis frappé par l'énergie de ces hommes et surtout de ces femmes qui se relèvent de catastrophes importantes, des inondations en l'occurrence, avec une volonté, un courage et une fierté extraordinaires ! Je suis administrateur de CARE France depuis 2004 et j'ai souhaité me rendre sur le terrain pour saluer le travail des équipes de CARE Bénin, vérifier avec elles la façon dont notre aide est utilisée, et les résultats obtenus.

Que constatez-vous ?

Le Bénin est un pays très attachant et très important, car nous y soutenons des gens extrêmement pauvres et démunis. Nous les aidons à s'insérer sur le marché, à mieux fabriquer leurs produits, et nous leur permettons d'accéder au crédit, selon le principe de l'épargne collective. L'idée est de créer avec eux une coopérative, où le fruit de leur travail peut être, le cas échéant, reversé aux familles dans le besoin. Cela fonctionne très bien, et plusieurs centaines de foyers en profitent.

Après quelques jours au Bénin, on dispose d'un panorama impressionnant des besoins. Vous ne vous sentez pas un peu dépassé par les événements ?

J'ai toujours en tête une phrase de sœur Emmanuelle... Je l'avais suivie au Caire chez les chiffonniers durant sa dernière semaine avant sa retraite. Elle était entourée de jeunes stagiaires occidentaux. Ces jeunes semblaient un peu découragés et disaient avoir l'impression que leurs actes n'étaient que des gouttes d'eau. Immédiatement, sœur Emmanuelle leur a répliqué :« Moi, j'ai passé ma vie à remplir des océans avec des gouttes d'eau ! » C'est cette énergie-là que nous devrions retrouver au sein de chaque association et ONG. Oui, c'est un travail de longue haleine, difficile et incessant. Mais si nous ne le faisions pas, les choses seraient encore plus catastrophiques...

Une question au journaliste qui est en vous : quel reportage aimeriez-vous réaliser au Bénin ?

Je descendrais le fleuve Ouémé, le plus grand fleuve du Bénin, où il y a eu des inondations l'an dernier. Je m'arrêterais dans ces villages où les populations et les maisons semblent tenir debout par miracle. J'essaierais de les faire connaître, de témoigner de leur misère et de leurs conditions de vie. Je tenterais de montrer combien ils ont besoin de nous en révélant leur combat pour vivre dignement.

> Pour en savoir plus sur nos programmes menés au Bénin, cliquez ici.
> Pour soutenir nos actions de développement partout dans le monde, faites un don.