27 juin 2011
© CARE

Depuis janvier 2011, des milliers de Yéménites sont descendus dans les rues de la capitale, Sanaa, et d’autres villes pour contester un amendement constitutionnel controversé visant à autoriser le Président, Ali Abdullah Saleh, à la tête du pays depuis 1978, à briguer un nouveau mandat. Les soulèvements civils ont engendré de nombreux combats entre le gouvernement et divers groupes armés.

En conséquence, des dizaines de milliers de civils ont dû quitter leurs maisons, et on estime aujourd’hui à 283 le nombre de morts, 3 617 le nombre de personnes blessées et 45 000 le nombre de personnes déplacées dans le pays depuis le début de l’année.

Les tensions, toujours présentes, sont à l’origine de pénuries d’essence et de gasoil, de coupures d’électricité et de l’augmentation des prix de la nourriture. Ainsi, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) estime que depuis janvier 2011, les prix des aliments de base ont augmenté de 26% en moyenne.

Rappelons que le Yémen est l’un des pays les plus pauvres du monde, et possède l’un des taux de malnutrition les plus élevés. Près de la moitié de la population vit avec moins de 2 dollars par jour et on estime à 6,8 millions le nombre de Yéménites souffrant d’insécurité alimentaire.

Malgré ce contexte difficile, CARE, qui travaille au Yémen depuis 1992 et possède en plus du siège à Sanaa, 4 antennes à travers le pays, continue à agir et à suivre régulièrement la situation sécuritaire ainsi que les besoins humanitaires.

La plupart des projets continuent à être mis en œuvre, mais nécessitent des mesures de sécurité accrues et des ajustements opérationnels pour assurer la sécurité du personnel et la qualité de la mise en œuvre des programmes. Les actions de CARE au Yémen se traduisent par la réponse aux besoins alimentaires, en eau et assainissement, hygiène et moyens de subsistance des réfugiés, personnes déplacées et autres groupes vulnérables.

L’équipe de CARE Yémen, composée de 64 Yéménites et de 8 employés internationaux, prévoit d’étendre davantage son aide humanitaire dans les prochaines semaines.