09 août 2011

Grande campagne de lutte contre l’abandon et en faveur de l’adoption à la télévision roumaine

© Thomas Coëx / AFP

Une grande campagne de sensibilisation s’est déroulée cet été sur la chaîne de télévision roumaine ProTV. Elle dénonce la situation des 40 000 enfants abandonnés en Roumanie.

Selon la chaîne, un bébé est abandonné à la maternité toutes les 6 heures dans le pays. Ils y restent parfois même jusqu’à un an avant d’être orientés chez des assistantes maternelles. Plusieurs documentaires montrent le quotidien des enfants institutionnalisés, des plus jeunes aux plus âgés, parlent de leur profond désir d’avoir une famille à eux, et tentent d’expliquer les raisons de l’abandon liées à la pauvreté et aux mentalités.

La campagne dénonce aussi l’extrême lenteur et l’inefficacité des procédures d’adoption nationale : avant de déclarer un enfant légalement abandonné et donc adoptable, trois décisions de justice distinctes doivent être prononcées. D’autre part, les parents naturels qui ont abandonné leur enfant restent impliqués dans le processus d’adoption et peuvent s’y opposer jusqu’à l’aboutissement. Une autre complexité du système est le fait qu’avant d’être déclaré adoptable, toutes les possibilités de réintégration de l’enfant dans sa famille naturelle, jusqu’au 4ème degré, doivent être étudiées. Oncles et tantes, grands-parents, grands-oncles et tantes et tous les cousins sont rencontrés et doivent déclarer ne pas s’opposer à l’adoption de l’enfant, ce qui peut représenter jusqu’à 50 personnes !

Alors que les besoins justifieraient un tribunal pour les mineurs et les familles par département, il n’en existe qu’un seul en Roumanie, situé dans la ville de Brasov, compétent pour résoudre ces questions, ce qui peut retarder le jugement jusqu’à deux ans. Plus l’enfant grandit et plus les dégâts de la vie en institution se font sentir, tandis que ses chances d’être adopté diminuent.


Bannière de la campagne " Moi aussi je veux des parents à moi "

Dans le cadre de cette campagne, une pétition demandant au gouvernement de changer les lois régissant l’adoption a été lancée sur internet et a déjà collecté plus de 75 200 signatures.

Le Docteur Bogdan Simion, directeur de SERA Romania* et président de la FONPC (Fédération des ONG pour l’enfant) a été interviewé dans le cadre de cette campagne.

*SERA (Solidarités Enfants Roumains Abandonnés) est un programme de l’association CARE.

> Découvrez le site internet de ProTV et l'intégralité de la campagne (en roumain) : http://stirileprotv.ro/campanii/vreau-si-eu-parintii-mei 

> Voir la pétition : http://vreausieuparintiimei.stirileprotv.ro/

Traduction du texte de la pétition :
"Nous voulons en Roumanie une loi sur les adoptions juste et efficace 
- Nous voulons qu’un enfant, dès lors que l’abandon par ses parents est établi, puisse être adopté d’urgence par des personnes qui ont le désir et la capacité de l’élever, qu’elles soient roumaines ou étrangères
- Nous voulons un tribunal compétent pour résoudre les questions liées à l’enfance dans chaque département du pays
- Nous voulons que les institutions, privées ou d’état, qui s’occupent des questions relatives aux enfants abandonnés par leurs parents, mettent au premier plan l’enfant, son développement harmonieux, ainsi que son équilibre émotionnel et psychologique
- Nous voulons la transparence et la simplification maximale du processus d’adoption, au bénéfice de l’enfant adoptable et des parents adoptifs
- Nous voulons qu’aucun enfant ayant la possibilité de grandir dans une vraie famille, ne reste dans un centre de placement. "