23 août 2011

Corne de l’Afrique: CARE alerte sur la situation des femmes enceintes et allaitantes.

© Kate Holt / CARE

La situation des femmes enceintes et allaitantes dans la Corne de l’Afrique est particulièrement alarmante. Plus de 12 millions de personnes en Ethiopie, au Kenya, en Somalie et à Djibouti, dont environ 360 000 femmes enceintes, ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire d’urgence. En Somalie, 1 femme sur 5 en âge de procréer souffre de malnutrition aigüe. Un fléau qui met la santé de la mère en danger pendant sa grossesse et qui peut avoir des conséquences irrémédiables sur celle de son enfant.

« Les deux premières années de la vie d’un enfant sont décisives pour son développement mental et physique futur. Nous devons agir, afin que tous les enfants aient accès à de la nourriture et à des soins pour éviter l’apparition de troubles physiques et mentaux permanents affectant leur corps et leur potentiel de croissance et de développement futur » explique Barbara Jackson, directrice des Affaires Humanitaires de CARE.

La malnutrition est un phénomène chronique dans de nombreuses régions de la Corne de l’Afrique et les taux de malnutrition sévère et modérée sont aujourd’hui exacerbés par la sécheresse. Avant la crise actuelle, des études montraient qu’au Kenya et en Ethiopie, environ 35% et 47% respectivement des enfants de moins de 5 ans étaient chétifs en raison de la malnutrition chronique. « Il s’agit d’une situation où il y a deux générations ou plus qui souffrent de malnutrition et qui sont piégées dans le cycle de la faim. La sécheresse actuelle aggrave fortement le phénomène, et si la communauté internationale ne met pas en place une réponse ferme, des milliers d’enfants n’auront pas été alimentés correctement et au bon moment dès leur plus jeune âge », explique Barbara Jackson. Plus d’un tiers des décès d’enfants de moins de 5 ans peut être attribué à la sous-alimentation maternelle et infantile.

En Ethiopie, CARE distribue des aliments thérapeutiques dans les centres de santé gérés par le gouvernement pour stabiliser l’état des enfants sévèrement malnutris. Les femmes enceintes et allaitantes reçoivent également davantage de nourriture lors des distributions alimentaires de CARE. L’aide d’urgence ne doit pas être la seule solution pour rompre le cycle de la faim et éviter la malnutrition infantile et maternelle : des solutions à long terme doivent également être mises en œuvre. « La prévention de la malnutrition coûte bien moins cher que la multiplication des réponses d’urgence », indique Barbara Jackson. « Lors de la crise alimentaire au Niger en 2005, une réponse immédiate de la communauté internationale pour prévenir la malnutrition des enfants aurait coûté 1 dollar par jour. En juillet 2005, sauver la vie d’un enfant malnutri coûtait 80 dollars ».

La nutrition adéquate des enfants passe par l’allaitement exclusif de 0 à 6 mois, puis par l’introduction d’une alimentation complémentaire appropriée à partir de 6 mois. On estime à environ 86 000 le nombre de femmes allaitantes dans la Corne de l’Afrique qui souffriront de malnutrition sévère en raison de la sécheresse actuelle. Ces femmes ont besoin de nourriture pour protéger et reconstruire leurs propres réserves en nutriments. En outre, les jeunes mamans pourront avoir besoin d’un soutien psychologique les aidant à prendre confiance en leur capacité à nourrir leurs enfants, ainsi que d’un espace privé réservé à l’allaitement, par exemple dans les camps de réfugiés. Une prise en charge par des personnes expérimentées pour les aider à pallier les difficultés éventuelles liées à l’allaitement pourra également être nécessaire. En allaitant, les mères donnent à leurs bébés et enfants en bas âge une alimentation à la fois plus sûre et plus nutritive que toute aide alimentaire. De plus, le lait maternel donne à l’enfant des agents importants le protégeant contre les maladies, ce qui est essentiel notamment dans les urgences.


Contacts média :
- France : Charlyne Liquito, liquito@carefrance.org, +33 1 53 18 87 61
- Kenya : Sandra Bulling, bulling@careinternational.org, +254 705 300 675
- Ethiopie : Nigist Abraha, nigista@care.org.et, +251 911 632 448

> Télécharger le communiqué de presse