14 octobre 2011

Malgré la saison des pluies, la sécheresse se prolonge dans la Corne de l’Afrique.

kate Holt / CARE

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’alimentation, ce samedi 15 octobre, il se pourrait qu’il pleuve dans certaines parties de la Corne de l’Afrique. Toutefois, la crise qui a fait des dizaines de milliers de morts et a laissé des centaines de milliers de personnes au bord de la famine semble loin d’être terminée.

Chaque année, CARE se joint à la communauté humanitaire et à l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture à l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, pour attirer l’attention sur la lutte contre l’insécurité alimentaire dans le monde. Ce combat n’a jamais été aussi nécessaire que dans les pays de la Corne de l’Afrique, où plus de 13 millions de personnes sont toujours en proie à la pire crise alimentaire du monde.

"Les personnes qui survivent depuis des siècles à la rudesse du climat doivent désormais faire face à de nouveaux aléas qui dépassent leur capacité traditionnelle d’adaptation" dit Emma Naylor Ngugi, directrice régionale de CARE Afrique centrale et Afrique de l’est. “Même certains des pays les plus riches du monde ont été submergés par la dure réalité du changement climatique. Imaginez donc à quel point c’est difficile pour ceux qui n’ont rien".

Trois mois après que les Nations Unies aient déclaré pour la première fois l’état de famine dans certaines parties du sud de la Somalie, ce sont 4 millions de personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. L’aide humanitaire s’intensifie aussi vite que possible mais doit faire face à d’importants défis, notamment à cause de l’insécurité croissante et de la difficulté d’accès des régions qui sont les plus durement touchées.

Les pluies annuelles qui tombent généralement d’octobre à novembre sont censées soulager certaines parties de l’Ethiopie et du Kenya, d’après le réseau de systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET). Mais les pronostics ne sont pas aussi optimistes en ce qui concerne les parties les plus touchées de la Somalie. Et même si la saison des pluies commence bien, celle-ci pourrait se terminer prématurément toujours d’après les prévisions météorologiques. Une véritable catastrophe pour les fermiers et leurs récoltes.

"Même dans le meilleur des cas, se remettre des saisons manquées de production agricole prendra énormément de temps” rajoute Emma Naylor Nguigi. “La plupart des victimes les plus touchées sont des bergers qui ont perdu une grosse partie de leur bétail. Cela va leur prendre des années pour se remettre de ces pertes ".

CARE répond à la crise en Éthiopie, au Kenya et en Somalie et apporte une aide d’urgence, comprenant des distributions de nourriture, d’eau potable, un accès aux services d’hygiène, et le traitement de la malnutrition aigüe chez les enfants de moins de 5 ans. À ce jour, CARE est venue en aide à plus d’1,5 million de personnes.

Le travail à long terme de CARE dans la région comprend également une action destinée à aider les communautés à mieux s’adapter à la sécheresse, aux changements climatiques et à l’absence de zones de pâturages. CARE travaille en collaboration avec des communautés de la Corne de l’Afrique afin de les aider à se créer de nouvelles sources de revenus, protéger leurs ressources en terre et en eau, avoir accès à une éducation et mettre en place une stratégie communautaire de réduction des risques de catastrophe.
CARE a besoin de fonds pour continuer son intervention.

« Même s’il a plu partout dans la Corne de l’Afrique, cela ne signifie pas la fin de cette crise complexe pour les personnes touchées » dit Emma Naylor Nguigi.

Contact
France- Charlyne Liquito – liquito@carefrance.org – 01 53 19 87 61

> Télécharger le communiqué de presse