12 juin 2012

Les opinions des plus démunis comptent dans la lutte contre la pauvreté

© CARE

CARE Maroc, en collaboration avec le Réseau marocain d’économie sociale et solidaire (REMESS), a présenté une étude sur les causes de la pauvreté. L’étude qualitative a été réalisée dans trois communes rurales de Dar Bouazza, Aghouatim et Ain Sfa, où CARE mène des projets. CARE Maroc a donné la parole aux plus démunis pour identifier ce qu’ils ressentent comme étant les obstacles à une amélioration de leurs conditions ainsi que leurs attentes pour mieux y remédier.

D’après les plus vulnérables, la pauvreté est dûe à un manque d’infrastructures, à la rareté des emplois et l’absence de financement. L’exclusion de l’emploi est perçue comme une conséquence du faible niveau d’instruction. Les femmes se sentent également cantonnées à leur rôle de mère au foyer.

CARE Maroc a organisé plusieurs ateliers internes de réflexion et intègre les résultats de cette étude à son plan d’action dans le but d’affiner sa stratégie de lutte contre la pauvreté.

«L’étude du REMESS est très importante pour nous. En effet, les résultats de cette étude permettront à CARE et à ses partenaires de mieux cibler leur groupe d’impact parmi les populations les plus vulnérables et de définir ensemble des approches innovantes et durables» souligne Othmane Bekkari, président de CARE Maroc.

Lire le rapport : Analyse des causes profondes de la pauvreté au Maroc.

Lire le communiqué de presse de CARE International Maroc sur l'atelier stratégique.