01 août 2012
2012 ©Marie-Eve Bertrand/CARE

Environ 19 millions de personnes touchées

En raison de la rareté des pluies dans la région, une crise alimentaire sévit dans la région sahélienne de l'Afrique de l'Ouest. Les pays les plus touchés sont le Niger, le Tchad et le Mali où des précipitations irrégulières et une invasion d'insectes et de sauterelles ont détruit des récoltes entières, laissant des familles sans nourriture durant la période de disette de cette année. Dans la région, les taux de malnutrition ont excédé le seuil critique pendant plusieurs années et atteignent maintenant des niveaux d'urgence.

Les gouvernements du Niger, du Mali et du Tchad ont tous déclaré l’état de catastrophe et ont fait appel à l'aide internationale. Si d’importantes mesures sont prises maintenant, il est encore possible d'empêcher davantage de familles de sombrer dans la détresse alimentaire et de porter secours aux populations qui se trouvent déjà dans une situation grave.

Dans certaines zones, les familles ont déjà épuisé leurs réserves alimentaires et vendent leurs animaux et articles ménagers pour acheter de quoi se nourrir. Sans leurs animaux tels que les chèvres et les vaches qui fournissent le lait et le fromage, ces familles perdent une source vitale d'alimentation. Cela augmente le risque de malnutrition et de retard de croissance chez les enfants en plus de laisser les familles sans source de revenus.

Interventions de CARE:

Nombre de bénéficiaires de CARE au Mali, au Tchad et au Niger : 137 500

Activités menées : 
- Proposition de travail rémunéré en espèces aux personnes les plus vulnérables pour les aider à acheter de la nourriture et à protéger leurs biens tout en restant actif, autonome et digne ;

- Formation des infirmières du gouvernement sur la prévention et la gestion des problèmes de malnutrition au sein des communautés ;

- Renflouement des banques de céréales communautaires afin que les familles puissent s'acheter de la nourriture à prix raisonnable ;

- Stockage des aliments pour les animaux ;

- Renforcement des systèmes d'alerte précoce de la communauté ;

- Travail avec les groupes de femmes d'épargne et de crédit en vue d'accroître leur résilience et leurs ressources ;

- Développement de sources alternatives de fournitures d'aliments telles que la création de jardins communautaires.