11 septembre 2012

D’abord j’apprends: Priorité à l’éducation en Amérique Centrale.

© Valenda Campbell / CARE

« L'enfant ne doit pas être admis à l'emploi avant d'avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.*»

Et pourtant, 1 enfant sur 6**, âgés entre 5 et 14 ans, travaille dans le monde soit 158 millions d’enfants. Cela s’explique par la pauvreté de la population (les enfants sont une source de revenus pour la famille), l'impact des traditions, les faiblesses du système éducatif (coût des fournitures et des tenues, inadéquation des programmes avec la vie locale,…).

CARE travaille à ce que tous les enfants aient accès à une éducation primaire de qualité afin d'acquérir la confiance en soi et les aptitudes dont ils auront besoin toute leur vie. L'éducation permet aux enfants de se protéger contre la pauvreté chronique et les exploitations de tout type.

En Amérique latine et aux Caraïbes, ce sont près de 17 millions d’enfants qui travaillent.
CARE met en œuvre le projet « D’abord j’apprends », au Guatemala, au Nicaragua et au Salvador.

L’objectif du projet est d’éradiquer de façon progressive les pires formes de travail des enfants et rendre universel le droit à l’éducation primaire.

CARE coordonne le travail d’associations partenaires sur place et s’occupe du volet plaidoyer ; c’est à dire de défendre auprès des décideurs la lutte du travail des enfants pour les pousser à prendre des décisions allant dans l’intérêt de ces enfants vulnérables.
Au total, plus de 40 000 enfants sont concernés par ce projet.

Pour plus d’informations, voir le projet « D’abord j’apprends ».

Sources : 
* Extrait de la déclaration universelle des droits des enfants
** Unicef