16 novembre 2012

Depuis le début de la guerre civile en 2011, plus de 250 000 personnes ont fui la Syrie vers les pays voisins : la Jordanie, le Liban, l’Irak et la Turquie. CARE, présente en Jordanie depuis 1948, s’est rapidement mobilisée pour venir en aide à 20 000 réfugiés syriens.

2012/ CARE

Faire face aux traumatismes.

CARE travaille avec le gouvernement jordanien, les Nations Unies et les ONG locales pour distribuer des biens de première nécessité (kits d'hygiène, couvertures, vêtements..).

CARE apporte également un soutien financier et une aide psychologique aux réfugiés. 75 % d'entre eux sont des femmes et des enfants qui ont été témoins des bombardements et du déchaînement de violence. Parfois, ils en ont été eux-mêmes les victimes.

Rafa, 11 ans, et sa famille ont fui la ville de Homs en Syrie dès que les balles ont frappé leur maison.

« Nous avons dû partir en urgence et n'avons rien pris avec nous. Des gens nous ont menacés. Les balles entraient dans la maison. J'avais peur », se rappelle la fillette.

Zhoor était quant à elle enceinte de sept mois quand elle a fuit la Syrie. La jeune fille de 18 ans raconte :

« Passer la frontière a été particulièrement éprouvant. Nous avons du courir sur de longues distances. Mais nous n'avions pas le choix. Homs a été bombardé en mars dernier. Des soldats entraient dans les maisons. Les hommes étaient tués, les femmes violées. Je n'ai aujourd'hui aucune nouvelle de mon mari resté en Syrie. »

L’arrivée de l’hiver.

La famille de Rafa, tout comme celle de Zhoor, vit désormais à Amman, la capitale jordanienne. Selon l'Agence des Nations-Unies pour les réfugiés, 70 % des réfugiés en Jordanie vivent en ville dans des conditions très précaires.

« Les réfugiés qui vivent en ville sont moins visibles que ceux qui sont dans des camps, nous ne devons cependant pas les oublier », explique Kevin Fitzcharles, directeur de CARE Jordanie.

« La plupart des réfugiés sont des femmes seules avec leurs enfants. Elles ont du mal à trouver des logements. Désespérées, certaines envoient leurs enfants travailler pour gagner un peu d'argent », continue Kevin Fitzcharles.

La famille de Rafa a eu la chance de rester ensemble mais cela ne rassure pas Rana, sa mère de 27 ans:

« J'avais une bague en or en arrivant en Jordanie qui nous a permis de payer notre premier mois de loyer. Nous avons ensuite reçu 150 dinars (210$ US) de CARE qui nous ont permis de souffler un peu. Mais même avec cette aide, nous avons dû nous endetter. Mon mari travaille dans une usine de conditionnement de nourriture pour le camp de réfugiés de Zaa'tri mais son salaire n'est pas suffisant. »

CARE Jordanie s'alarme des conditions de vie des réfugiés.

Alors que les températures commencent à baisser, la grande majorité de ces familles ne disposent pas de moyen de chauffage et peu ont des vêtements assez chauds pour affronter l'hiver.

Rafa témoigne :

« Je suis rassurée d'être ici et je suis contente de pouvoir retourner à l'école mais je n'aime pas la maison où nous vivons actuellement. Le toit fuit quand il pleut et nous n'avons pas de couverture pour nous protéger du froid ».

Une aide internationale vitale pour les réfugiés.

Si certains besoins vitaux doivent être pris en charge dès maintenant, il est également impératif que la communauté internationale réfléchisse sur le long terme aux questions de la sécurité, de l'accès à l'eau et aux services de santé.

CARE travaille d'ailleurs avec des ONG locales pour aider l'intégration des familles syriennes au sein de la communauté jordanienne car les municipalités jordaniennes ont en effet du mal à faire face à cet afflux de réfugiés. Des tensions risquent alors d'apparaitre entre réfugiés et communautés locales qui sont elles-mêmes très pauvres.

« Nous voulons rentrer en Syrie dès que possible mais aussi longtemps que nous resterons en Jordanie je ne vois pas comment faire sans aucune aide », conclut Faten, la mère de Zhoor.

Face à l'augmentation du nombre de réfugiés, CARE doit intensifier son aide. Pour ce faire, nous avons besoin de ressources supplémentaires.

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92