29 novembre 2012

Nouvelles vagues de violences en République Démocratique du Congo.

Les combats entre l’armée régulière et les groupes de rebelles armés s’intensifient dans le Nord Kivu. L’équipe de CARE sur place rapporte une hausse significative du nombre de viols et d’autres actes de violence. La plupart des victimes ne peuvent recevoir une aide appropriée à cause de la détérioration de la situation sécuritaire.

© 2012 - Kate Holt

En temps de conflits, les femmes et les filles sont plus que jamais occupées à la recherche d’eau, de bois de chauffage… autant de trajets qui les rendent vulnérables aux attaques des groupes armés (agressions, viols…). Les zones rurales étant particulièrement difficiles d’accès, les organisations, comme CARE, ont du mal à obtenir des informations précises afin d’apporter une aide aux victimes (nombre de victime, localisation…).

Pourtant, nous savons que quand une femme est violée, elle a besoin de soins médicaux appropriés dans les 72 heures : contraception d’urgence, traitement pour réduire les risques de VIH…
Au-delà des blessures physiques, il faut également apporter à ces femmes un soutien psychologique car elles se sentent souvent dégradées, apeurées, confuses ou honteuses… le viol laisse de nombreuses séquelles.

Pour venir au mieux en aide aux victimes de ces violences, CARE utilise une approche globale, reposant sur une réponse aux multiples facettes : soins médicaux, soutien psychologique mais également une aide pour que ces femmes parviennent à gagner de quoi vivre décemment. Ces initiatives aident les femmes à recommencer à vivre et permettent de réduire le phénomène d’exclusion sociale rattachée au viol.

CARE appelle toutes les parties impliquées dans ces conflits à protéger les civils. Nous demandons également à ce que toutes les organisations humanitaires aient un accès illimité aux populations qui souffrent de cette insécurité croissante. CARE appelle enfin les autorités locales et la communauté internationale à mettre fin à la scandaleuse impunité des criminels.

 
Des femmes,victimes de violences sexuelles, prises en charge dans un centre de santé.

Pour télécharger le communiqué de presse.
> Pour découvrir les actions menées par CARE France en RDC.

 

CONTACT MEDIAS 

Laury-Anne Bellessa
        01 53 19 89 92      
bellessa@carefrance.org