24 janvier 2013

Mali : les actions d'urgence mises en place par CARE. Des régions toujours isolées.

Malgré la situation actuelle très volatile au Mali, CARE a réussi à fournir une aide d’urgence à des milliers de personnes dans la région de Mopti. Mais cela reste insuffisant au vue de l’ampleur des besoins des populations. CARE demande la sécurisation d'un couloir humanitaire et l'augmentation de l'aide d'urgence pour les populations.

CARE / Marie-Eve Bertrand

L'aide d'urgence mise en place par CARE.

Alors que les combats se poursuivent au Mali, l’ONG CARE a distribué des colis alimentaires en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondiale dans la région centre du pays. Des familles dans le besoin ont ainsi reçu du riz, des légumes secs, de l’huile végétale et des céréales enrichies. A terme, ce sont 21 000 personnes qui devraient bénéficier de cette aide dans la région de Mopti, l’une des zones les plus affectées par le conflit.
D’ici la fin de la semaine, CARE va également débuter la distribution de plus de 2 000 kits familials d’urgence comprenant des biens essentiels tels que des bâches, des couvertures, des matelas, du savon et des ustensiles de première nécessité.

Des régions toujours isolées.

« CARE a déjà pu aider des milliers de personnes mais il y reste un besoin urgent d’étendre et de sécuriser l’accès humanitaire », explique Claudine Mensah Awute, directrice de CARE Mali. « Certaines régions sont toujours isolées et ne reçoivent aucune assistance. CARE demande aux différentes parties d’établir immédiatement un couloir humanitaire afin que les ONG puissent venir en aide aux populations civiles.»

Près d’un demi-million de personnes ont fui leur maison depuis le début du conflit en 2012. Et ce chiffre ne cesse de s’accroitre. « Plus de 5000 personnes se sont déplacées depuis l’escalade du conflit il y a 2 semaines. », précise Claudine Mensah Awute. Certains ont trouvé refuge dans les pays voisins, d’autres se sont déplacés au sein du pays et sont aujourd’hui hébergés par de la famille ou des amis.
« Les gens ont peur. Ils se cachent dans leur maison sans eau ni nourriture. Ils sont coupés du monde extérieur et n’ont pas de nouvelles de leur famille et de leurs amis. Ils n’ont pas la possibilité d’accéder à des soins médicaux », commente Claudine Mensah Awute, directrice de CARE Mali. « Nos équipes ont vu des enfants arriver seuls dans les villes afin de trouver refuge. » Les actions de CARE mettent l’accent sur les plus vulnérables, notamment les femmes et les enfants.

Une population déjà vulnérabilisée par la crise alimentaire sahélienne.

Cette nouvelle crise affecte des populations rendues très vulnérables par les violences de 2012 et la crise sévère alimentaire qui a touché la région du Sahel. « Les évaluations actuelles indiquent que 660 000 enfants de moins de 5 ans sont en danger de malnutrition aiguë. Si les violences continuent et que les ONG n’ont pas la possibilité d’agir, il sera difficile pour le Mali de sortir de ce cycle de faim et de violence », s’alerte Claudine Mensah Awute.

Le manque de financement pour l'aide internationale.

CARE appelle la communauté internationale à amplifier l’action humanitaire. « Les financements n’ont pas été à la hauteur des besoins en 2012 pour le Mali et la région du Sahel. Cette année encore, malgré toute l’attention médiatique portée au Mali, à peine 1% des besoins financiers ont été apportés. Les associations humanitaires ne peuvent pas aider les populations si les fonds ne sont pas là. Sans argent, les populations maliennes vont rester sans nourriture. C’est inconcevable », affirme Claudine Mensah Awute.

CONTACT MEDIAS:

Laury-Anne Bellessa, 01 53 19 89 92, bellessa@carefrance.org

L’équipe de CARE Mali est disponible pour tout commentaire.

 

> Pour télécharger le communiqué de presse.
> Pour découvrir un témoignage d'un habitant de Diabali.