27 février 2013

Madagascar : CARE intervient en urgence suite au cyclone Haruna.

Le bilan des dégâts causés par le cyclone Haruna dans le sud-ouest de Madagascar s'alourdit de jour en jour. Les autorités mentionnent 18 morts, 16 disparus et plus de 22 000 sinistrés. CARE intervient en urgence pour aider la population de cette zone isolée.

CARE

Le cyclone Haruna, premier cyclone de la saison a touché Madagascar, a provoqué, vendredi 22 février, des glissements de terrains et des inondations dans le sud-ouest de l'île.

« La zone frappée par Haruna est généralement épargnée par ce type de catastrophe. La population ne sait pas comment se préparer ou se protéger », explique John Uniack Davis, directeur de CARE Madagascar.

L'évaluation des dégâts par les équipes de CARE.

48-60 heures après le passage du cyclone, les équipes de CARE ont réalisé des évaluations en collaboration avec les autorités malgaches, dans une zone où peu d'ONG internationales sont présentes.

CARE a observé :

  • les dommages causés aux terres agricoles entre Morombe et Tulear, notamment les rizières et la quasi-totalité des cultures de maïs. Cela laisse entrevoir de graves conséquences à moyen/long terme sur les rendements agricoles et la disponibilité alimentaire.
  • d'importants dommages au niveau des infrastructures. De nombreux bâtiments (écoles, habitations, centre de santé) ont perdu leurs toits.
  • 1/3 de la ville de Tuléar a été inondé et l'ensemble des habitants n'avaient pas d'électricité.

La réponse de CARE.

CARE prépare des distributions pour aider les populations.
CARE

Après avoir identifié les bénéficiaires prioritaires, une distribution de 1 000 bâches en plastique vient de débuter afin d'aider les populations dont les habitations ont été endommagées.

Des biens de première nécessité ont également été distribués aux habitants de la ville de Tuléar.

D'ici la fin de la semaine, CARE commencera à dégager les routes afin d'aider les communes isolées et effectuer des travaux de drainage Cela doit permettre l'évacuation rapide des eaux pour éviter le développement de maladies hydriques et la prolifération des moustiques, vecteurs de paludisme. Ces opérations seront réalisées grâce aux programmes « Travail pour de la nourriture » qui permettent à la population d'obtenir des ressources alimentaires suite à la réalisation de travaux en faveur de leur communauté.