04 mars 2013

Les recommandations de CARE à l'occasion de la réunion de Commission sur le Statut des Femmes.

La 57ème session de la Commission sur le Statut des Femmes (CSW) se réunit à New York du 4 au 15 mars 2013. Cette session portera principalement sur l'élimination et la prévention de toutes les formes de violences à l'égard des femmes et des filles. Elle représente une opportunité sans précédent de créer une dynamique politique, d'identifier et de mettre en œuvre les initiatives nécessaires pour mettre un terme à cette source majeure d'injustices et de violation des droits humains, et de réaliser des avancées tangibles en faveur des femmes et des filles à travers le monde.

Cette lettre a été envoyée à Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, Pascal Canfin, Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes.

CARE a rédigé une note stratégique et formulé les recommandations suivantes :

I. Renforcer le processus de planification de la CSW57 en:

  • recrutant des expertes issues de la société civile pour faire partie des délégations nationales;
  • organisant une séance permettant aux Etats-membres de passer en revue une sélection de «bonnes pratiques» pour prévenir et répondre aux la lutte contre les violences sexuelles et liées au genre ;
  • mettant à disposition des ressources pour identifier et répertorier d'autres «bonnes pratiques» ;
  • planifiant un forum d'échange avec des femmes issues de la société civile.

II. Accélérer la concrétisation d'engagements pris au préalable, parmi lesquels les éléments-clés suivants:

  1. Promouvoir un recours systématique aux «bonnes pratiques» ayant fait leurs preuves, en soutenant et développant le Centre de Savoirs et d'Expertise d'ONU Femmes, et en mettant en place un système formel de suivi des échanges relatifs aux «bonnes pratiques» lors des revues annuelles du CSW.
  2. Demander à ce que les violences sexuelles et liées au genre soient considérées comme une priorité dans l'agenda de développement post-2015, avec des objectifs et indicateurs spécifiques sur les violences sexuelles et liées au genre ainsi que des propositions pour une meilleure intégration de l'égalité des genres.
  3. Prendre des engagements financiers pour soutenir les efforts nationaux, régionaux et internationaux visant à prévenir et éliminer les violences sexuelles et liées au genre tels que la Conférence intergouvernementale sur la Déclaration des Grands Lacs, avoir une estimation plus affinée des coûts requis pour répondre à ces besoins et assurer un suivi plus étroit des investissements dans ce domaine.
  4. Appeler les Etats-membres à s'engager dans l'élaboration et la mise en œuvre de mesures globales et intégrées pour prévenir, répondre et éliminer les violences sexuelles et liées au genre, en mettant un accent particulier sur la prévention et en s'attaquant aux causes profondes, notamment à travers:
  • la mise en œuvre des standards relatifs aux droits humains et des législations nationales, régionales et internationales contre les violences sexuelles et liées au genre ; 
  • un plus grand « empowerment » des femmes et des filles ;
  • la participation active des hommes et des garçons ;
  • des services de base améliorés pour les victimes de violences sexuelles et liées au genre ;
  • des dispositifs participatifs de redevabilité entre la société civile et les structures gouvernementales en charge de la lutte contre les violences sexuelles et liées au genre ;
  • le renforcement des dispositions existantes sur les violences sexuelles et liées au genre en situations de conflit, post-conflit et de toute autre crise humanitaire.

En savoir plus sur la stratégie de CARE contre les violences faites aux femmes

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92