27 mars 2013

Angelina Jolie s'engage contre les violences sexuelles en RDC

L'ONG CARE a accueilli le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague et l'actrice Angelina Jolie en République Démocratique du Congo (RDC). Ils ont constaté l'impact des violences sexuelles et liées au genre sur les femmes.

MOD/LA(Phot) Iggy Roberts

Les violences sexuelles en RDC, une réalité au quotidien

Le 26 mars 2013, CARE a accueilli le ministre britannique des Affaires étrangères et Angelina Jolie pour visiter un projet de lutte contre les violences sexuelles et liées au genre au sein du camp de réfugiés du Lac Vert, dans la périphérie de Goma, région du Nord-Kivu.

William Hague a déclaré qu'il se rendait en RDC afin de mieux comprendre les besoins des victimes de violences sexuelles et d'identifier les meilleurs moyens de les aider et les soutenir.

« William Hague et Angelina Jolie ont été frappés par la situation des réfugiés et par les besoins les plus urgents des victimes de violences sexuelles. CARE espère que cette visite permettra de mettre en avant les difficultés auxquelles les femmes sont confrontées tous les jours en RDC.

Les violences sexuelles et liées au genre restent l'une des préoccupations majeures de CARE, compte-tenu des conditions instables persistantes dans le Nord-Kivu, dans l'est de la RDC », a déclaré Yawo Douvon, directeur de CARE RDC.

« Chaque jour, nous voyons des personnes arriver dans les camps, en particulier depuis les récentes violences à Kitchanga qui ont provoqué le déplacement de près de 100 000 personnes ce mois-ci, en grande partie des femmes et des enfants. Beaucoup de ces femmes ont subi des violences sexuelles au cours de leur périple - une semaine de marche à travers les champs et les forêts, dans des conditions d'insécurité extrêmes. La situation est vraiment sinistre. »

L'action de CARE

CARE mène des programmes dans trois camps autour de Goma en formant des éducateurs chargés d'apporter soutien et conseils aux victimes de violences sexuelles sur l'accès aux soins médicaux.
Ces éducateurs apportent également des conseils sur les mesures à prendre pour prévenir les attaques et travaillent avec les hommes sur les questions liées aux attitudes et aux traditions qui rendent les femmes plus vulnérables à la violence.

Un soutien financier pour les victimes

MOD/LA(Phot) Iggy Roberts

CARE apporte également un soutien financier aux victimes de violences sexuelles et autres groupes vulnérables afin de les aider à mettre en place des activités génératrices de revenus comme la vente de plats préparés ou de biens de consommation au sein du camp.

Cette initiative aide les victimes à retrouver non seulement leur dignité, mais également à se protéger de futures expositions aux violences sexuelles. Ces apports financiers leur permettent d'être moins vulnérables.

Le 17 mars dernier, CARE a fourni un appui financier à 186 victimes de violences sexuelles et autres personnes vulnérables dans le camp du Lac Vert.

« Angelina Jolie a déclaré qu'elle était impressionnée par l'importance de ces aides accordées aux femmes avec lesquelles elle a échangé. Malgré les difficultés auxquelles elles sont confrontées, cet appui leur apporte de l'espoir », explique Yawo Douvon.

« Les besoins urgents en termes d'abris, d'accès à l'eau et d'assainissement sont considérables.

La priorité doit être accordée aux victimes, ainsi qu'à leurs besoins médicaux et psychologiques. Il est nécessaire de développer et d'améliorer les soins médicaux d'urgence pour les victimes de violences sexuelles, en particulier en matière de prophylaxie post-exposition (traitements visant à empêcher l'apparition, la réapparition et la propagation de maladies sexuelles)», poursuit Y.Douvon.

Le contexte international

La lutte contre les violences faites aux femmes est un des axes prioritaires de CARE. A l'occasion de la 57è session de la commission des Nations Unies sur le statut des femmes en début de mois, CARE a contribué à faire entendre les préoccupations et attentes des femmes vivant ces réalités en facilitant la participation d'une délégation de 12 militantes pour le droit des femmes.

La visite de William Hague et d'Angelina Jolie a eu lieu avant la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8 à Londres qui se déroulera les 10 et 11 avril prochains. Pour la première fois, les questions liées aux violences sexuelles à l'encontre des femmes y seront discutées.

En savoir plus sur la stratégie de CARE contre les violences faites aux femmes

CONTACT MEDIAS

Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92