23 avril 2013

Nul n'ignore aujourd'hui la problématique du changement climatique. Ces effets ont déjà des conséquences dramatiques pour certaines populations. Une étude menée par CARE et l'Université des Nations Unies a, en effet, révélé que les communautés les plus vulnérables, ne possédant pas de terres, dépendant de l'agriculture et n'ayant pas accès à l'éducation n'ont aucune option pour s'adapter aux variations de précipitations. Elles sont prises au piège du changement climatique.

L'étude Where The Rain Falls, qui a été effectuée en partenariat avec les communautés de 8 pays dans le monde, a également identifié les activités les plus appropriées pour répondre à cette situation. Nous vous proposons de découvrir trois programmes d'adaptation à base communautaire développés par CARE depuis la fin de l'année 2012.

Pérou : promouvoir les céréales indigènes pour lutter contre l'insécurité alimentaire

2012 / CARE

Des épisodes de gel de plus en plus fréquents, une plus grande rareté de l'eau, des périodes de sécheresse récurrentes sont responsables de pertes importantes pour les agriculteurs de la région de Huancayo au centre du pays.

En cherchant par quels moyens les agriculteurs locaux peuvent relever ces défis, les évaluations menées par CARE ont démontré que les céréales traditionnelles s'adaptaient mieux aux impacts du changement climatique.

« Le second élément intéressant concernant ces céréales est que le quinoa, la cañihua et le kiwicha présentent d'importantes caractéristiques nutritionnelles. Elles contiennent, en effet, trois fois plus de protéines que le riz ou le blé ainsi que huit acides aminés essentiels pour le régime alimentaire de l'être humain », ajoute Alexandre Morel, directeur des programmes de CARE France.

Depuis octobre 2012, les équipes de CARE travaillent en partenariat avec 300 petits agriculteurs afin de développer des pratiques agricoles durables. L'idée est également de les aider à se regrouper au moment de la récolte et de la commercialisation. Cela doit leur permettre d'augmenter leurs ventes sur les marchés régionaux et nationaux.

Thaïlande : renforcer les systèmes de gestion de l'eau pour les rizières et les zones agricoles intégrées

Le stress hydrique lié au changement climatique est l'un des plus grands défis des communautés dont les revenus et les moyens de subsistance dépendent de la production agricole.

L'objectif du projet mis en place par CARE dans sept villages situés au nord de la Thaïlande est d'améliorer la disponibilité et l'accès à l'eau à des fins agricoles. Cela passe par la mise en œuvre d'initiatives de gestion des eaux par les agriculteurs ayant des petites exploitations.

« L'enjeu plus global sera de diffuser ces bonnes pratiques au niveau local et national en les partageant avec d'autres collectivités », précise Alexandre Morel.

Inde : améliorer l'accès à l'eau

Les variabilités pluviométriques accrues ont un impact négatif direct sur l'agriculture pluviale et la sécurité alimentaire en Inde.

Le projet Where The Rain Falls a mené une enquête dans quatre villages du district de Janjgir-Champa situé dans le nord-est de la région de Chhattisgarh afin d'imaginer des solutions.

2012 / CARE / Julie Maldonado

« Les habitants ont peu de connaissances relatives à la conservation de l'eau. Nos chercheurs ont recommandé que les systèmes de canaux d'irrigation soient maintenus et améliorés pour assurer un accès à l'eau aux agriculteurs locaux en quantité suffisante tout en évitant le gaspillage », explique Alexandre Morel.

Aussi, pour une grande transparence dans le partage de l'eau, la gestion des bassins d'irrigation dans les villages devraient être améliorée grâce à la participation des communautés locales aux organes de gouvernance.

CONTACT MEDIAS

CARE : Laury-Anne Bellessa
01 53 19 89 92

Plus d'informations sur les programmes menés par CARE France

Plus d'informations sur les programmes au Pérou, Thaïlande et en Inde